Charte de la laïcité : comment Michaël Delafosse veut préparer « la bataille pour la gauche de demain »

En instaurant une charte pour les associations subventionnées, le maire socialiste de Montpellier veut faire de la métropole l’étendard de la laïcité. Quitte à cliver avec sa gauche.

« On ne transige pas avec la laïcité. » A Montpellier, pendant la campagne des municipales, Michaël Delafosse a contraint ses alliés du Parti communiste français (PCF) à ne pas présenter une militante voilée sur sa liste. Par solidarité avec la jeune femme, plusieurs candidats communistes se sont alors retirés de la liste d’union. « Elle n’a pas été considérée comme les autres camarades. Cela n’avait rien avoir avec la laïcité, c’était un choix politique », se souvient, encore amer, Robert Kissous, adhérent du PCF.

En maintenant sa position malgré la polémique, le socialiste est sorti vainqueur d’un long rapport de force révélé à l’époque par Le d’Oc. Devenu maire par la suite, Michaël Delafosse explique désormais à ses proches que cet épisode a marqué un tournant dans sa conquête du pouvoir.

Il vous reste 80% de cet article à découvrir !

Connectez-vous

Sinon abonnez-vous sans tarder !
Découvrez nos formules à partir de 4,92€/mois


Enregistrer un nouveau compte

Choisissez votre niveau d'adhésion

Choisissez votre méthode de paiement


Pourquoi s'abonner au d’Oc ?

  • S’informer par un média complètement indépendant dont le financement repose sur ses lecteurs.
  • Découvrir des enquêtes de fonds et des révélations qui concernent des enjeux démocratiques au niveau local.
  • Consolider l’émergence d’un journalisme qui défend un autre regard sur l’actualité de Montpellier et sa région.