Les Pourcel, deux frères toqués de business

Indéboulonnables. Depuis trente ans, les frères jumeaux, visages poupins et crânes dégarnis, occupent le devant de la scène gastronomique. Avec un sens du business aussi développé que celui du goût, les deux chefs héraultais ont su faire fructifier leur image pour s’implanter durablement à Montpellier et dans le paysage de l’art culinaire. Et ce malgré des déboires financiers et la perte de leurs trois étoiles voilà plus de quinze ans. Quelle est donc leur recette pour durer ?

« Ce me semblait être la logique même », lâche Thierry Aznar, président de la société immobilière Hélénis (groupe GGL). Quand il a fallu choisir un nom pour diriger les cuisines du futur hôtel-restaurant Richer-de-Belleval, qui ouvrira le 21 janvier place de la Canourgue à Montpellier (1), celui des Pourcel est tombé comme une évidence. « Quand on pense gastronomie ici, on pense immédiatement à Jacques et Laurent Pourcel. Ils ont une vraie réputation à l’internationale », estime-t-il. Un bon coup pour le promoteur qui s’offre ainsi un nom capable d’attirer aussi bien les clients locaux qu’étrangers, manne essentielle pour faire tourner cet établissement haut de gamme à 13 millions d’euros.

Choix surprenant toutefois quand on sait que nombreux sont les touristes fortunés qui se laissent guider par les étoilés du Michelin pour choisir leurs destinations gastronomiques. Et que des étoiles, les Pourcel n’en conservent qu’un souvenir au goût amer. Jacques Pourcel, que Le d’Oc a rencontré à la brasserie Terminal #1 à Montpellier, dernier navire- amiral du groupe Château-Pourcel fondé avec son frère et leur ami et associé Olivier Château, assure avec aplomb :  « On sait comment capter une clientèle qui aime les bonnes tables sans elles ». Et selon Olivier Château : « La réputation des Pourcel est intacte, surtout à l’étranger. Des bus de Japonais s’arrêtent devant le restaurant rien que pour prendre en photo la devanture ». Pas de bus de japonais le jour de notre passage, mais une belle affluence. Même au temps du Covid-19, les Pourcel, c’est une affaire qui marche, avec ou sans étoiles.

Il vous reste 80% de cet article à découvrir !

Connectez-vous

Sinon abonnez-vous sans tarder !
Découvrez nos formules à partir de 4,92€/mois


Enregistrer un nouveau compte

Choisissez votre niveau d'adhésion

Choisissez votre méthode de paiement


Pourquoi s'abonner au d’Oc ?

  • S’informer par un média complètement indépendant dont le financement repose sur ses lecteurs.
  • Découvrir des enquêtes de fonds et des révélations qui concernent des enjeux démocratiques au niveau local.
  • Consolider l’émergence d’un journalisme qui défend un autre regard sur l’actualité de Montpellier et sa région.