Table ronde avec Edwy Plenel :
Comment les Gilets jaunes réinterrogent le journalisme

Le mur jaune, La mule du Pape, Tintin au pays des gilets jaunes… Ces propositions médiatiques sont nées sur Internet et à Montpellier pendant le mouvement des Gilets jaunes. Comme un peu partout en France, des citoyens ont voulu raconter, à leur manière, une contestation sociale inédite.
En recueillant des témoignages et en affichant le visage des personnes blessées, en réalisant des longs entretiens ou en filmant en live des manifestations, ils ont ainsi bousculé la profession du journalisme. Souvent premiers informateurs sur les violences policières ou motivés par la volonté d’offrir un autre regard sur les Gilets jaunes, ces nouveaux observateurs ont contribué à amplifier le décalage ressenti entre ce que l’internaute voit sur les réseaux sociaux et ce qu’il peut regarder sur les journaux télévisés.
Tout cela s’inscrit dans un contexte difficile où des journalistes se font interpeller dans l’exercice de leur fonction, parfois accusés de ne pas posséder de carte de presse, ou bien convoqués par la DGSI après avoir révélé des informations d’intérêt public. Dans le même temps, la loi de 1881 sur la liberté de la presse est directement remise en question par la ministre de la Justice.
Pourquoi le numérique bouleverse les codes médiatiques ? Tout le monde peut-il informer ? Qu’est-ce qu’un journaliste ?
Autant de questions que Le d’Oc, en partenariat avec Radio Gi.Ne, abordera avec Edwy Plenel, président de Mediapart et auteur de La victoire des vaincus (aux éditions La découverte). Rendez-vous à Montpellier le 11 juillet à 18h30, à l’amphithéâtre de PierresVives. Nombre de places limité à 210 personnes. Salle climatisée.

Photo : Xavier Malafosse

 

Lire aussi :

Manifestants blessés : « Il faut en parler, montrer leur visage »

Gaz lacrymogène : une inquiétude grandissante à Montpellier

« Gilets jaunes » : la gauche entre l’embarras et l’empathie

 

Laisser un commentaire