Transports scolaires : excédés, des parents attaquent la Métropole

Les lycéens de la métropole ne vivent pas tous le même quotidien. Pour certains villages de l’Ouest, aller en cours est une vraie galère. Malgré les courriers et tentatives de dialogue, la difficulté perdure rentrée après rentrée. À tel point que des parents attaquent Montpellier3M au tribunal administratif.

Mais la situation semble complexe, entre une organisation singulière, des discours contradictoires sur les compétences, et une carte scolaire qui frôle parfois l’absurde. Au milieu, ce sont les enfants qui trinquent. Le d’Oc met les choses à plat.

 

« Tous les jours, c’est le stress. On ne sait jamais quand on va arriver ! » Deux mois après la rentrée, les lycéens de Saussan n’en peuvent déjà plus. Ce village de 1 500 âmes, coincé entre Fabrègues, Pignan et Saint-Jean-de-Védas, fait pourtant partie de la Métropole. Mais il souffre de transports scolaires d’un autre âge : correspondances interminables, bouchons, horaires mal calibrés… Le d’Oc a testé : leur trajet quotidien approche les 2h30 ! Quand les villages du sud, de l’est et du nord de Montpellier bénéficient de lignes Tam directes ou de cars scolaires Hérault Transport, Saussan doit composer avec un service indigent.


Ce contenu est accessible uniquement aux lecteurs abonnés


  • - 59 / 1 Année
    Vous accédez librement à l'intégralité du contenu. Vous recevrez gratuitement Le d'Oc magazine à l'adresse de votre choix.
    - 35 / 6 Mois
    Vous accédez librement à l'intégralité du contenu
    - 79 / 1 Année
    Vous devenez membre privilégié et accédez librement à l'intégralité du contenu. Vous recevrez gratuitement Le d'Oc magazine. Vous serez invité également aux différents événements organisés par la rédaction. Si vous estimez qu'il manque un média comme Le d'Oc sur votre territoire, soutenez notre initiative et permettez-lui de s'installer durablement.
    - 15 / 2 Mois
    Vous accédez librement à l’intégralité du contenu pendant deux mois.

    Sélectionnez un mode de paiement

    No payment methods are available for the selected subscription plan.

3 commentaires sur “Transports scolaires : excédés, des parents attaquent la Métropole

  1. Monsieur Cadoret,
    Je vous félicite pour ce travail d’observation et de recherche. Vous avez parfaitement relaté les dangers et difficultés que subissent nos enfants de Saussan. Je suis soulagée de lire que La Metropole a enfin pris connaissance de l’existence de Saussan et que nous avons un gros problème. J’imagine que notre gros problème pourrait être réglé efficacement et rapidement par Messieurs Rico et Ounoughi, si seulement ils prenait un peu de temps pour penser à notre petite commune, pas loin, mais petite.
    Merci pour le temps que vous avez passé avec les Saussanais, enfants et parents, pour préparer votre enquête Monsieur Cadoret. Nous vous tiendrons au courant de toute évolution de notre situation. Peut être qu’il y aura de quoi faire un chapitre 2??!! Mais pour raconter une fin heureuse, j’ose espérer!

  2. Bonjour et merci pour cet excellent article !
    Je confirme que Saussan est visiblement situé dans une faille spatio-temporelle ! 😉 Car voilà longtemps que nous criions dans le désert… Grâce à vous, nos voix ont enfin été entendues ! Espérons qu’elles seront également écoutées…
    Ma fille a lu l’article et est très heureuse que ses difficultés quotidiennes et celles de ses camarades aient été parfaitement décrites.
    Bien que, pendant 2 ans, je l’ai amenée tous les matins en voiture au tram de Saint-Jean-de-Védas (pour lui faire gagner 1/4 d’heure de sommeil et ne pas la laisser galérer toute seule au petit jour), elle a eu le dos bousillé (le cartable trop lourd est d’autant pire que le trajet est long et compliqué) et porte maintenant un corset – qui stabilise la situation mais ne la réparera pas : les dégats faits sont irréversibles.
    Autre problème pour les enfants qui voulaient aller en lycée professionnel ou technique mais n’ont pas pu, car aucun n’est atteignable avant le début des cours ! Toute leur vie future s’en trouve changée.
    Tout cela va très loin, il faut vraiment que les responsables s’en rendent compte… Nous invitons cordialement MM. Saurel et Mesquida à venir passer 2 jours à Saussan !
    – Encore merci de nous avoir sortis de cet affreux « trou noir »…
    Anne Roux

Laisser un commentaire