A la métropole de Montpellier, l'opposition est (aussi) en marche…

La politisation de l’assemblée métropolitaine fait bouger les lignes. Sous une apparence « constructive », un groupe d’opposition à la majorité LREM et apparentés de Philippe Saurel engrange les adhésions. Il est piloté par Joël Raymond, maire de Montaud, et Isabelle Touzard, maire de Murviel-les-Montpellier. Désormais, le pacte des maires laisse place à une ambiance particulièrement électrique…
 
A la métropole de Montpellier, la bonne humeur n’est toujours pas au rendez-vous de la rentrée politique. Malgré la trêve estivale, les élus métropolitains se retrouvent comme ils s’étaient quittés, dans un esprit de clivage, jusqu’à présent inédit pour cette assemblée. Comme l’a révélé Le d’Oc, le 22 juin dernier, cette situation est née de la création d’un groupe La République en marche et apparentés, volonté de Philippe Saurel. L’occasion pour le président de Montpellier3M de renouveler en profondeur son exécutif. Mais aussi d’entraîner un véritable malaise au sein de l’institution. Car pour prétendre à une vice-présidence, il fallait nécessairement intégrer ce nouveau groupe majoritaire. « J’ai besoin de confiance », a martelé Philippe Saurel pour justifier sa démarche qui a surpris plus d’un élu.
Deux mois après le séisme, la crise ne s’est pas atténuée. Désormais, l’opposition se construit. Réunis à Pignan, le mercredi 31 août, plusieurs élus ont décidé d’intégrerun groupe de « coopération métropolitaine ».

Il vous reste 80% de cet article à découvrir !
Si vous êtes déjà abonnés, connectez-vous.

Pourquoi s'abonner au d’Oc ?

  • S’informer par un média complètement indépendant dont le financement repose sur ses lecteurs.
  • Découvrir des enquêtes de fonds et des révélations qui concernent des enjeux démocratiques au niveau local.
  • Consolider l’émergence d’un journalisme qui défend un autre regard sur l’actualité de Montpellier et sa région.