Gare de la Mogère : 30 ans d'allers-retours, destination fiasco ?

C'est sur les rails. Des trains de fret devraient circuler sur les nouvelles lignes du contournement ferroviaire Nîmes- Montpellier à partir du 11 décembre prochain, et la future gare TGV de la Mogère (ou nouvelle gare Montpellier Sud de France) sera mise en service le 7 juillet 2018 au sud d'Odysseum. Bonne nouvelle ? Plutôt la poursuite d'un long feuilleton mêlant politique ferroviaire, expansion urbaine, et politique tout court… Avec en prime la menace d'une gare à 142 M€ pour quelques trains journaliers et une poignée de minutes en moins vers Paris. De quoi y perdre son latin de citoyen, de contribuable et d'usager. Le d'Oc a essayé d'y voir clair malgré le silence radio de la plupart des responsables politiques et ferroviaires.
 

 
A 10 mois de l'ouverture, la question reste entière  et brûlante. SNCF Mobilités, qui exploite les trains en circulation, a fait ses comptes. Le 26 octobre 2016, elle a annoncé la présence de quatre TGV par jour dans la nouvelle gare de Montpellier, soit deux dans chaque sens, jusqu'à l'ouverture de la gare de Nîmes-Manduel. Explications : pour faire le plein, les TGV de Montpellier doivent charger des voyageurs aussi dans la capitale gardoise. Mais le Contournement ferroviaire de Nîmes –Montpellier desservira non pas la gare actuelle de la cité romaine mais la future gare TGV Nîmes-Manduel-Redessan, située à 10 km à l'est de Nîmes qui est loin d'être construite. Après un arrêté d'utilité publique tout frais (13 juin 2017), son ouverture est prévue, en théorie, pour décembre 2019, une hypothèse souvent jugée optimiste.

Il vous reste 80% de cet article à découvrir !

Connectez-vous

Sinon abonnez-vous sans tarder !
Découvrez nos formules à partir de 4,92€/mois


Enregistrer un nouveau compte

Choisissez votre niveau d'adhésion

Choisissez votre méthode de paiement


Pourquoi s'abonner au d’Oc ?

  • S’informer par un média complètement indépendant dont le financement repose sur ses lecteurs.
  • Découvrir des enquêtes de fonds et des révélations qui concernent des enjeux démocratiques au niveau local.
  • Consolider l’émergence d’un journalisme qui défend un autre regard sur l’actualité de Montpellier et sa région.