Épuration, communication, punition… : Robert Ménard impose sa « méthode » à l’Agglo de Béziers

Le 16 juillet 2020, lorsque Robert Ménard prend la tête de l'Agglomération Béziers Méditerranée, l'ex-Languedoc-Roussillon voit son tout premier chef de file d'extrême droite s'emparer d'une intercommunalité. Un plafond de verre que ses voisins Louis Aliot (maire RN de Perpignan) et Julien Sanchez (maire RN de Beaucaire) n'ont pas encore réussi à briser. Et si, en six mois, Robert Ménard a déjà marqué l'agglo de son empreinte, c'est davantage en terme de style et de méthode que de projets. Du moins pour le moment.

Dans la sous-préfecture de l'Hérault, le couple Ménard est régulièrement accompagné de "Jojo", leur labrador au poil roux. Il a toute sa place, surtout quand il s'agit de savourer un nouveau succès politique. « J'ai tenu à ce qu'il y ait le chien avec nous, pour leur montrer qu'on prenait possession du territoire. Que c'était fini... Qu'on était chez nous ». Lorsqu'il prononce ces quelques mots, le 20 juillet dernier, Robert Ménard fête sa victoire entouré d'un public acquis à sa cause, accueilli par l'association des Patriotes de Béziers. Après avoir été conforté dans son fauteuil de maire dès le premier tour en mars 2020 (68,74%), il profite alors de ses premiers jours à la Présidence de l'Agglomération Béziers Méditerranée. Une véritable « cerise sur le gâteau » pour l'édile d'extrême droite, persuadé d'avoir inventé « une méthode ». Voilà donc près de six mois que le couple Ménard étend ses tentacules aux quatre coins du territoire, et si l'homme a déjà marqué l'espace de son empreinte, pour l'heure c'est par le style bien plus que par les projets.

Il vous reste 80% de cet article à découvrir !

Connectez-vous

Sinon abonnez-vous sans tarder !
Découvrez nos formules à partir de 4,92€/mois


Enregistrer un nouveau compte

Choisissez votre niveau d'adhésion

Choisissez votre méthode de paiement


Pourquoi s'abonner au d’Oc ?

  • S’informer par un média complètement indépendant dont le financement repose sur ses lecteurs.
  • Découvrir des enquêtes de fonds et des révélations qui concernent des enjeux démocratiques au niveau local.
  • Consolider l’émergence d’un journalisme qui défend un autre regard sur l’actualité de Montpellier et sa région.