Pédagogies alternatives : petite vendetta à l’occitane dans l’univers des calandrettes

A Montpellier, une poignée de parents accuse l'association du collège occitaniste Léon Cordas d'avoir détourné des fonds pour financer dans leur dos le tout premier lycée de la Confédération nationale des calandrettes (nom donné aux écoles immersives occitanes). Un projet phare pour les têtes de proue du lobby occitaniste local, mais dont la mise en œuvre a parfois bousculé les valeurs professées par ce mouvement, qui dénombre 65 écoles, 4 collèges et deux classes de lycée dans tout le sud de la France.

Ces dernières années, les calandrettes ont le vent en poupe. De plus en plus de parents se laissent séduire par l'aura de ces écoles immersives occitanes, adeptes d'une pédagogie alternative favorisant l'autonomie et le partage. Des ambitions portées haut et fort par une Confédération qui dénombre près de 4 000 élèves et mène un travail de lobbying acharné auprès des représentants politiques régionaux. Mais entre les valeurs affichées et le conflit à couteaux tirés qui s'est joué en coulisses, le contraste est saisissant. Ou quand l'école citoyenne à la Freinet se transforme en véritable zone de guerre...

La Bérézina

Il vous reste 80% de cet article à découvrir !

Connectez-vous

Sinon abonnez-vous sans tarder !
Découvrez nos formules à partir de 4,92€/mois


Enregistrer un nouveau compte

Choisissez votre niveau d'adhésion

Choisissez votre méthode de paiement


Pourquoi s'abonner au d’Oc ?

  • S’informer par un média complètement indépendant dont le financement repose sur ses lecteurs.
  • Découvrir des enquêtes de fonds et des révélations qui concernent des enjeux démocratiques au niveau local.
  • Consolider l’émergence d’un journalisme qui défend un autre regard sur l’actualité de Montpellier et sa région.