A Montpellier, la mixité scolaire cède le pas

Alors que l'éducation nationale est une nouvelle fois au cœur d'un débat sur le partage des valeurs républicaines, l’érosion de la mixité scolaire s’accélère. Dans la capitale héraultaise, les différents acteurs de l'éducation peinent à compenser les effets d'un territoire ségrégué et les stratégies individuelles des familles.

L'école française, lieu de reproduction des inégalités, n’est hélas plus à démontrer. Montpellier accueille un peu plus de 22 000 élèves répartis dans 126 écoles maternelles et élémentaires mais, selon de nombreux acteurs de l’éducation, la disparition de la mixité sociale s’accélère toujours un peu plus. Encore présente dans les établissements les plus proches du centre-ville comme à la Pompignane, Méditerranée (Jules Simon) ou encore Gambetta, elle n’est plus qu'un souvenir dans les quartiers défavorisés. « Depuis 10 ans, il n’y a plus du tout de mixité », témoigne Céline*, professeure des écoles dans un quartier du nord-est de Montpellier, caractérisé par une population majoritairement gitane. Même constat pour Audrey, qui a enseigné aux Hauts de Massane avant de se rapprocher du centre : « Il y avait encore un peu de mixité jusqu’en 2012. Il n'y en a plus du tout aujourd’hui. » Priscilla, enseignante à La Paillade confirme : « Dans notre école, c’est 97% d’enfants d’origine maghrébine et 3% de gens du voyage. »

Il vous reste 80% de cet article à découvrir !

Connectez-vous

Sinon abonnez-vous sans tarder !
Découvrez nos formules à partir de 4,92€/mois


Enregistrer un nouveau compte

Choisissez votre niveau d'adhésion

Choisissez votre méthode de paiement


Pourquoi s'abonner au d’Oc ?

  • S’informer par un média complètement indépendant dont le financement repose sur ses lecteurs.
  • Découvrir des enquêtes de fonds et des révélations qui concernent des enjeux démocratiques au niveau local.
  • Consolider l’émergence d’un journalisme qui défend un autre regard sur l’actualité de Montpellier et sa région.