Souffrances à l’école d’archi de Montpellier : des étudiants appelent à « la trève d’un silence écrasant »

Une lettre ouverte à l’initiative de deux étudiantes de l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Montpellier (Ensam) dénonce le malaise qui règne au sein de l’établissement depuis plusieurs mois déjà. Cette tribune a déjà été signée par 200 autres élèves. Dans le même temps, le journal Libération confirme et étaye les différentes révélations du d’Oc, soulignant « un régime basé sur la terreur, le harcèlement et l’intimidation ». De son côté, le directeur démissionnaire depuis le 31 octobre, Alain Derey, continue de faire la politique de l’autruche.

« Et si le silence tombait ? » La requête de la lettre ouverte d’Alice et Léa, inscrites en M2 à l’Ensam, résume l’émoi dans lequel se retrouve toute une communauté étudiante. Depuis sa diffusion le 28 octobre dernier, la tribune a recueilli 200 signatures d’élèves qui suivent les cours dans l’établissement du Plan-des-4-Seigneurs ou qui sont passés par l’école montpelliéraine.

Il vous reste 80% de cet article à découvrir !

Connectez-vous

Sinon abonnez-vous sans tarder !
Découvrez nos formules à partir de 4,92€/mois


Enregistrer un nouveau compte

Choisissez votre niveau d'adhésion

Choisissez votre méthode de paiement


Pourquoi s'abonner au d’Oc ?

  • S’informer par un média complètement indépendant dont le financement repose sur ses lecteurs.
  • Découvrir des enquêtes de fonds et des révélations qui concernent des enjeux démocratiques au niveau local.
  • Consolider l’émergence d’un journalisme qui défend un autre regard sur l’actualité de Montpellier et sa région.