A Vauvert, le RN joue la carte du médecin de campagne pour faire tomber un baron du PS gardois

Au cœur de la Camargue gardoise, la commune de Vauvert, 11 600 habitants, fait partie des quelques bastions de gauche susceptibles de basculer dans le giron du parti de Marine Le Pen, ce dimanche 28 juin. Au premier tour, le maire sortant Jean Denat, ex-président du conseil départemental du Gard et patron du PS local, est arrivé en tête avec 85 petites voix d'avance sur Jean-Louis Meizonnet (RN). Entre la chute libre d'un PS moribond, l'atmosphère camarguaise historiquement réceptive à la cause de l'extrême-droite et l'aura du médecin de campagne estampillé RN, Jean Denat est plus menacé que jamais...

Dans les ruelles de Vauvert, la douceur de l'été qui arrive rompt avec l'ambiance délétère des dernières semaines. « Ça a été particulièrement difficile et violent. Vivement que ça se termine », confie Annick Chopard, colistière du maire sortant Jean Denat (PS). Insultes, courriers anonymes, plaintes, piège téléphonique... Depuis le soir du 15 mars, qui a vu Jean Denat passer en tête avec seulement 45,02% des suffrages, soit 85 voix d'avance devant le candidat RN Jean-Louis Meizonnet (43,05%), les deux hommes sont à couteaux tirés. Il faut dire que le baron socialiste est en péril. Le candidat « écolo » Bruno Lebeau (2,83%, soit 125 voix) a apporté son soutien à la liste RN pour le second tour, tandis que la candidate divers droite Joëlle Cachia-Moreno (8,95%) a refusé toute consigne de vote.

Il vous reste 80% de cet article à découvrir !

Connectez-vous

Sinon abonnez-vous sans tarder !
Découvrez nos formules à partir de 4,92€/mois


Enregistrer un nouveau compte

Choisissez votre niveau d'adhésion

Choisissez votre méthode de paiement


Pourquoi s'abonner au d’Oc ?

  • S’informer par un média complètement indépendant dont le financement repose sur ses lecteurs.
  • Découvrir des enquêtes de fonds et des révélations qui concernent des enjeux démocratiques au niveau local.
  • Consolider l’émergence d’un journalisme qui défend un autre regard sur l’actualité de Montpellier et sa région.