Harcèlement sexuel, mal être, arrangements entre amis… Le tableau noir de l’école d’archi de Montpellier

Un pré-rapport sur les risques psychosociaux révèle de nombreux dysfonctionnements au sein de l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Montpellier. Management défaillant, personnel stressé, déficit de communication, relations interprofessionnelles construites sur la suspicion, défiance envers les instances… Il apparaît aussi l’existence de personnes victimes de propos humiliants, sexistes et de comportements à connotation sexuelle.

Le malaise est profond. A l’intérieur de l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Montpellier (Ensam), de nombreux dysfonctionnements semblent s’être banalisés depuis plusieurs années. C’est ce que révèle un pré-rapport sur les risques psychosociaux au sein de l’établissement que Le d’Oc s’est procuré. Il fait suite à un audit réalisé par EI Groupe et diligenté par la direction de l’école « en réponse à des situations de souffrance au travail signalées par le médecin de prévention. » Au total 112 membres du personnel sur un effectif de 151 personnes ont répondu aux questions du prestataire externe. Les agents comme les enseignants sont concernés par cette étude. Le contenu accable le management et cible à plusieurs reprises la direction ainsi que les différentes instances qui composent la gouvernance de l’Ensam.

Il vous reste 80% de cet article à découvrir !

Connectez-vous

Sinon abonnez-vous sans tarder !
Découvrez nos formules à partir de 4,92€/mois


Enregistrer un nouveau compte

Choisissez votre niveau d'adhésion

Choisissez votre méthode de paiement


Pourquoi s'abonner au d’Oc ?

  • S’informer par un média complètement indépendant dont le financement repose sur ses lecteurs.
  • Découvrir des enquêtes de fonds et des révélations qui concernent des enjeux démocratiques au niveau local.
  • Consolider l’émergence d’un journalisme qui défend un autre regard sur l’actualité de Montpellier et sa région.