A Montpellier, les vacataires de la fac de lettres fragilisés par le Covid-19

Risque de perte de ressources pour
certains intervenants, forte dépendance de l’administration… Le confinement met en lumière la précarité des
enseignants vacataires de l’université Paul-Valéry Montpellier 3.

« J’aurais
dû effectuer une cinquantaine d’heures de cours durant la période de
confinement. On nous a indiqué par mail que nous allions être payés mais je ne
sais pas à quelle hauteur », s’interroge un enseignant vacataire à l’université
Paul-Valéry Montpellier 3 (UPVM) souhaitant rester anonyme. De fait, le
confinement pointe des conditions d . . .

Il vous reste 80% de cet article à découvrir !

Connectez-vous

Sinon abonnez-vous sans tarder !
Découvrez nos formules à partir de 4,92€/mois


Enregistrer un nouveau compte

Choisissez votre niveau d'adhésion

Choisissez votre méthode de paiement


Pourquoi s'abonner au d’Oc ?

  • S’informer par un média complètement indépendant dont le financement repose sur ses lecteurs.
  • Découvrir des enquêtes de fonds et des révélations qui concernent des enjeux démocratiques au niveau local.
  • Consolider l’émergence d’un journalisme qui défend un autre regard sur l’actualité de Montpellier et sa région.