Covid-19 : des salariés « sacrifiés » sur l’autel de la grande distribution

Avec le personnel médical, les forçats de la grande distribution sont les seuls à devoir subir une foule massive malgré la crise sanitaire. Pas de masque, quelques gants, un peu de gel... A Carrefour Lattes ou à Carrefour Trifontaine (Saint-Clément-de-Rivière), certains salariés vont pointer la peur au ventre.

Le regard pétri d'inquiétude, les caissières de l’hypermarché Carrefour Trifontaine sont désormais confinées... derrières de grandes plaques de plexiglas. « Bien sûr que j'ai peur. J'aime ma famille et mes proches. Aujourd'hui on a le plexiglas et les gants, mais il nous faudrait des masques », confie l'une d'elles en scannant un énième paquet de spaghettis. « Les gens ont eu des réactions violentes, ils ne se rendent pas compte... On nous a même volé des gels en caisse ». Le matin même une altercation a eu lieu, un client reprochant à un autre d'avoir acheté une dizaine de paquets de pâtes alors qu'un peu partout les stocks fondent comme peau de chagrin. La tension est palpable, et les salariés, sur les rotules...

Il vous reste 80% de cet article à découvrir !

Connectez-vous

Sinon abonnez-vous sans tarder !
Découvrez nos formules à partir de 4,92€/mois


Enregistrer un nouveau compte

Choisissez votre niveau d'adhésion

Choisissez votre méthode de paiement


Pourquoi s'abonner au d’Oc ?

  • S’informer par un média complètement indépendant dont le financement repose sur ses lecteurs.
  • Découvrir des enquêtes de fonds et des révélations qui concernent des enjeux démocratiques au niveau local.
  • Consolider l’émergence d’un journalisme qui défend un autre regard sur l’actualité de Montpellier et sa région.