Municipales à Montpellier : abstention inédite sur fond de crise sanitaire

Le président de la République maintient les élections municipales. Malgré son appel à reporter le scrutin dès jeudi soir, Philippe Saurel a remis son mandat en jeu. Face au maire de Montpellier, 13 autres listes prétendaient à le concurrencer. Avec la crise sanitaire, l’abstention s’est révélée historiquement importante, bien que différentes précautions aient été mises en place pour l’organisation du vote. Notre journal indépendant vous fait revivre cette journée singulière, nouveau rendez-vous pour la démocratie locale.

00h46 – Les résultats sont désormais connus :

Philippe Saurel Montpellier La citoyenne 9 908 voix – 19,11% des exprimés – 6,46% des inscrits

Michaël Delafosse La gauche qui nous rassemble 8 636 voix – 16,66% des exprimés – 5,63% des inscrits

Mohed Altrad Le cœur et l’action 6 899 voix – 13,31% des exprimés – 4,51% des inscrits

Rémi Gaillard N’importe qui 4 971 voix – 9,59% des exprimés – 3,24% des inscrits

Alenka Doulain Nous sommes Montpellier – 4 797 voix – 9,25% des exprimés – 3,13% des inscrits

Coralie Mantion Choisir l’écologie pour Montpellier 3 849 voix – 7,43% des exprimés – 2,51% des inscrits

Clothilde Ollier Rassemblement des écologistes 3 762 voix – 7,26% des exprimés – 2,45% des inscrits

Patrick Vignal Montpellier en capitale 3 163 voix – 6,10% des exprimés – 2,06% des inscrits

Olaf Rokvam Rassemblement pour Montpellier 2 478 voix – 4,78% des exprimés – 1,62% des inscrits

Alex Larue Pour Montpellier il est temps de changer 1 987 voix 3,83% des exprimés – 1,30% des inscrits

Jean-Louis Roumégas Ecologie pour tous 837 voix – 1,61% des exprimés – 0,55% des inscrits

Kamy Nazarian Montpellier exemplaire – 270 voix – 0,52% des exprimés – 0,18% des inscrits

Maurice Chaynes Lutte ouvrière 215 voix – 0,41% des exprimés – 0,14% des inscrits

Sylvie Trousselier Liste ouvrière d’unité 64 voix – 0,12% des exprimés – 0,04% des inscrits

00h45 – Au total 53 099 montpelliérains sont allés voter, soit 34,61% des inscrits sur les listes électorales (153 403). 1 263 électeurs ont réalisé un vote blanc ou nul.

20h – Fermeture des bureaux de vote

19h40 – Bureau 91 à la Paillade, 27,65% et seulement 18,9% au bureau 90. « C est idiot de faire prendre des risques aux gens pour si peu de votants. » declare un riverain. Pour un assesseur « on a vu beaucoup moins de personnes âgées que d habitude »

19h30 – Bureau 131 à Malbosc, on peinera à dépasser les 40% de participation.

19h – Bureau 89, inquietudes apres l’annonce de mesures renforcées par le préfet de l’Hérault. Des assesseurs se plaignent du manque de masques et de gel : « On nous dit qu on passe en stade 4. Est ce qu on doit rentrer ? » Pour Sabria Bouallaga, ex-adjointe au maire de Montpellier et impliquée dans la campagne de Mohed Altrad  » il fallait annuler »

Lire aussi : À la Paillade, les habitants resteront en retrait des municipales

18h25 – Bureau 93 à la Paillade, même si quelques électeurs continuent d’arriver, le taux de participation n’est que de 14.98%.  Pour Nawel 21 ans  « c est pourtant notre devoir et avec tous les candidats, il y avait du choix, moi je n ai pas hésité ! »
Pour un des assesseurs : « Même si nous n’avons pas les chiffres des élections précédentes, cette fois les chiffres sont quand même extrêmement bas. »


18h10 – Dans le Gard, à une heure de la fermeture des bureaux de vote, la participation s’élevait à 40,18% contre 59,12% en 2014.

17h50 – Antigone. Bureau 21. 32,05% de participation à 17h. « C’est en dessous de la moyenne nationale et la baisse est vertigineuse par rapport 2014 », nous dit-on dans le bureau. Devant la porte, une jeune femme masquée et gantée s’occupe de nettoyer. Elle est animatrice périscolaire vacataire. Avec la fermeture des écoles elle ne sait pas si elle va avoir un salaire. « Aujourd’hui je suis payée 130 euros pour faire le nettoyage de 15h à 23h. Ce n’est pas négligeable. J’étais volontaire pour le faire »

17h20 – Au casino route de Ganges, la file de clients s’allonge devant le vigile : « On attend que des gens sortent pour en faire entrer de nouveau par groupe de 5. Ils repartent avec des pâtes, du riz ou des produits d’hygiène s’ils en trouvent encore. »

17h10 – Plan des 4 seigneurs. Jeanne, Ticem et Nathan sont animateurs mais aujourd’hui c’est chiffon à la main qu’ils travaillent. « Toutes les 30 minutes on désinfecte tout, les isoloirs, les poignées de porte, les bouchons de gel, tout ce que les gens touchent ».

17h – Dans l’Hérault, le taux de participation s’élève désormais à 46,83%, contre 59,39% en 2014.

17h – Bureau 53, au Mas Drevon, on vient de dépasser les 30% de participation.

16h50 – Plan des 4 seigneurs. Tandis que le bureau 17 enregistre un taux de participation de 31,63%, juste en face le bureau 124 n’est qu à 21,83%. « On crève le plafond par le bas, déclare un assesseur. C est sûrement dû à la fermeture des facs. »

16h40 – Port Marianne. Devant le bassin Jacques Cœur. Les gens sortent prendre l’air en famille. Scène surréaliste : une femme rencontre une de ses connaissances. Elle l’enlace et lui fait la bise en plaisantant « ho allez on va pas mourir ». Juste après, elle exhibe son stylo : « Je suis allée voter avec. Il faut pas déconner. Il tue ce virus ».

16h30 – Bureau 121, à l’Hôtel de ville de Montpellier. 28% de participation à 16h. « 10 à 15 points de moins qu’en 2014, de mémoire » dit un assesseur. « Les personnes âgées sont venues ce matin et depuis c’est beaucoup plus calme ». 

Lire aussi : Port-Marianne poursuit inlassablement son expansion

Ou encore : Montpellier : la ville « patchwork » à deux vitesses

16h – Près d’Arènes. Bureau 45. Mehdi fume une cigarette avant daller voter. « J’ai hésité à me déplacer. Vous avez vu ce cirque ? 14 listes ! C’est n’importe quoi et ça va se finir comme d’habitude. Ils vont se passer des petits coups de téléphone pour s’arranger entre-eux. « Le coronavirus ? Je vais suivre les consignes du berger et faire attention dans le bureau de vote » rigole t-il. 

16h – Devant l’entrée des bureaux 65 et 66, quartier Cévennes, Momo, Abdel, Michel et Yucef discutent pendant que les enfants jouent au foot. « Faut bien continuer à vivre ». La fermeture des commerces créait le débat. « Soit on ferme tout soit on ferme rien ! C’est pas clair. On se demande à qui ça profite tout ca ».

15h30 – Bureau 49, au pied de la cité St Martin. 23,1% de participation à 15h. On croise peu de monde. La secrétaire adjointe du bureau raconte :  » ce matin, les gens venaient. Maintenant, la tendance semble s’inverser. Il y a toujours un moment de creux mais je me demande vraiment si ça va reprendre. » Elle formule aussi quelques doutes sur le dépouillement : « je ne sais pas si on aura beaucoup de volontaires. »

15h20 – Cévennes, bureau 67. Ici les assesseurs portent des masques « Pour rassurer et pour se protéger, déclare l’un d’eux. Au début moi je n’en avais pas mis et on m’en a fait la remarque. »

15h – L’église de Celleneuve a ouvert à 15h comme chaque dimanche mais les messes sont suspendues, conformément à la décision du gouvernement. Aucun fidèle n’avait encore fait le déplacement…

14h50 – Au bureau 133, à l’école Pape-Carpantier à Celleneuve, la participation était de 18,7% à 14h. Presque aucun électeur n’y était présent à 14h50 et les volontaires du bureau affirment que le vote se passe  «bien».

Lire aussi : Ancien village absorbé par Montpellier, Celleneuve défend sa « vie de quartier »

14h40 – Parc Tastavin, à Mas Drevon. L’endroit est quasi désert. Quelques hommes âgés jouent à la pétanque près du bureau 54. » Lui, il est tranquille, insouciant » dit l’un d’eux en montrant son chien à ses pieds. Un autre explique qu’il est allé voter. « Pour une femme ! Pour que ça change, pour que tout change » glisse-t-il, sans en dévoiler davantage 

14h30 – Pierre, 74 ans, volontaire du bureau 106, enlève aussi légèrement son masque pour discuter en dehors du bureau, Comme Claire, il «regrette beaucoup de ne pas pouvoir voir (ses) petits-enfants pendant cette période. En plus, ce n’est pas facile de leur expliquer».

14h30 – À la sortie du bureau 106, à Celleneuve, Claire, 76 ans, déclare ; «C’est honteux que le président de la République, dont je partage par ailleurs les décisions concernant le coronavirus, m’envoie voter, alors que je fais partie de la population à risques. Il aurait dû repousser ces élections», ajoute-t-elle, en enlevant son masque.

14h15 – Au bureau 106, à l’école Léo Malet, à Celleneuve, la participation était de 26,43 % à 14h, un peu en dessous de celle de 2014,  a précisé une volontaire de ce bureau. « La participation a tendance à baisser depuis ce matin», note-t-elle aussi.

14h : Cevennes, bureau 68 : 24,56% de participation. « Il y a un peu de monde en continu, déclare une secrétaire. Les gens nous disent que ça aurait dû être annulé. On leur répond qu il y a du gel, qu ils ne sont pas obligés de toucher au rideau. On applique les directives. »

14h – A la Croix d’argent, bureaux 59 et 60, trois assesseures  mangent un sandwich sur un banc devant le bureau de vote. Ici à 13h le taux de participation était de près de 23%.  » Beaucoup de personnes âgées sont venues voter elles n’ont pas peur. Les plus inquiets, ce sont les jeunes. Ils viennent avec des masques et des gants. C’est n’importe quoi, si c’était si grave ils auraient annulé l’élection ».

13h30 – En début d’après-midi au bureau 86 à Celleneuve, la participation, 18,37%, est légèrement inférieure à celle de 2014. « Il y a du monde. On craignait de passer la journée à ne rien faire. C’est long douze heures», explique l’une des volontaires du bureau, rappelant que certains de ces volontaires ne finiront la journée qu’à minuit après le dépouillement.

13h20 – À Ovalie, devant le bureau 75, les distances sont scrupuleusement respectées sur le trottoir et a l’intérieur. L’assesseur se frotte les mains avec du gel hydroalcoolique entre chaque électeur. « Ce soir, elles seront très très sèches » plaisante-t-il. La personne qui accueille les électeurs à l’entrée a droit à une remarque sur les stylos mis à disposition par la mairie qui « coûtent cher ». « Je n’y suis pour rien, moi ! » répond- elle. Ici le taux de participation à 13h était de 11,78%. 

Lire aussi : Ovalie rompt avec ses promesses pour « une cité dortoir et un champs de béton »

13h – Également près de Geneviève Bon, au Petit Bard, Wahid, 32 ans, juge  important d’aller voter. «Beaucoup de gens se sont battus pour ce droit fondamental. On peut toujours voter blanc si on ne se reconnaît dans aucun programme»

Lire aussi : Petit-Bard : un quartier en voie de rénovation toujours marqué par sa « culture de la résistance »

12h45 – 11,78% de participation au bureau 109 et 8,70 % au bureau 64, tous deux à l’école Geneviève Bon au Petit Bard

12h42 – Hamza Aarab, figure historique de la mobilisation associative au Petit Bard, se trouve «par hasard»  à 100 mètres du bureau de vote. Né au Maroc, il ne peut pas voter. Il note que « les politiciens viennent dans les quartiers pendant la période électorale», puis disparaissent.

12h30 – À la sortie de l’école Jules Simon, Pierre, cycliste équipé d’un masque, commente son look et son vote. « Je mets le masque parce que les gens n’ont rien compris, ils vous collent. Avec le masque, ils gardent leurs distances ». « Je suis venu voter pour Mohed Altrad. Il m’a convaincu, il sait ce qu’est l’économie, et il ne fait pas ça pour l’argent ».


12h12 – Mélanie 28 ans sort avec son caddie plein du Géant Casino de Celleneuve. «Il y a beaucoup de monde depuis plusieurs jours. Plusieurs articles commencent à manquer», dit-elle au d’Oc, tout en précisant ne pas «paniquer» elle-même.

12h10 – Dans l’Hérault, le taux de participation s’élève à 21,7%. En 2014, à la même heure, il était de 25,5%.

12h – Michael Delafosse, tête de liste « La gauche qui nous rassemble » vote. Pas de réaction aux propos matinaux du maire. « L’heure est à la responsabilité. Je voudrais adresser toute ma reconnaissance aux agents de la mairie et aux très nombreuses personnes volontaires pour tenir les bureaux de vote dans cette période sanitaire très difficile ».


11h50 – Au Géant Casino de Celleneuve, l’affluence est plus importante que d’habitude. Les files d’attente sont longues devant les caisses. « Les gens paniquent. Il n’y a déjà plus de pâtes»,  affirme une salariée de l’établissement.


11h15 – À l’école Chengdu, bur.123, les électeurs forment une file d’attente très espacée. Sylvie, montpelliéraine depuis 40 ans, en est positivement étonnée. “Vous avez vu? C’est incroyable. On est discipliné. Si ça pouvait nous permettre de  prendre de bonnes habitudes”.


11h05 – Antigone, école Pericles. le maire Philippe Saurel vote et prend des selfies. « Il ne fallait pas tenir ces élections, je le dis depuis une semaine. Le scrutin est faussé »

11h – Le député LREM Patrick Vignal a voté peu après à l’école Spinoza. «J’étais pour le maintien des élections. Après, si au deuxième tour tout s’arrête, ce sera différent mais (aujourd’hui) on peut venir voter. La mairie a fait le job. Les mesures sont bien respectées», a-t-il déclaré au d’Oc.


10h45 – Au marché paysan d’Antigone, la foule est un peu moins dense à 10h30 que d’habitude. Mais de l’avis unanime, c’est que les clients sont venus beaucoup plus tôt. Boulanger, volaillers, poissonnière, sont déjà dévalisés.


10h25 – Toujours à l’école Spinoza, Elisabeth et André, 68 ans, sortent du bureau avec leur masques verts achetés il y a 1 mois dans l’est de la France. «Dans ces conditions, les résultats seront faussés. Vous allez voir l’abstention !»

10h15 – Devant l’école Spinoza, Christine, 62 ans, ne comprend pas qu’on ait maintenu les élections. Pourtant, puisque c’est le cas elle, voulait accomplir son devoir citoyen. « J’ai décidé de venir le matin, avant d’être découragée par tout ce qu’on entend», dit-elle.

10h – Le maire Philippe Saurel a dévoilé sur twitter le courrier qu’il a adressé au premier ministre Edouard Philippe, qualifiant de « déraisonnable » la tenue du scrutin.

10h – Bur. 4, salle Pagezy (ancienne mairie). Le candidat LR Alex Larue vote avec le stylo municipal, et refuse de commenter la sortie matinale du maire. “Ce n’est pas vraiment un jour à polémiquer”.

9h50 – La candidate Clothilde Ollier, tête de liste pour L’écologie en commun, injuriée sur de nombreuses affiches de campagne. Son équipe dénonce un procédé « ingnoble ».

9h30 – Après le médecin en colère, autre ambiance à l’école Sevigné. Dans la cour des bureaux 9 et 10, Patrick et Christine discutent en se frottant les mins avec du gel hydroalcoolique : « c’est pas plus dangereux d’aller voter que d’aller faire ses courses »

9h10 – Les rues du centre-ville de Montpellier sont quasiement désertes. Les brasseries de la Place de la Comédie, Place Jean-Jaurès ou Place Castellane respectent les consignes de fermeture.

8h52 – bur. 8, Ecole Gambetta. Michel, 56 ans, médecin généraliste, sort du bureau en colère. “On ferme les écoles et on les rouvre pour aller voter, c’est une honte, c’est irresponsable, il fallait tout reculer de 3 mois”. 

8h45 – C. 28 ans, est agent de la cuisine centrale. Réquisitionné aujourd’hui dans un bureau de vote pour nettoyer et désinfecter régulièrement portes, poignées, couloirs. “Normalement on ne travaille pas les jours d’élection, y’a juste quelqu’un qui passe faire le ménage le soir, mais là… ça fait des heures sup! »

8h30 – Le maire de Montpellier a demandé le report du scrutin dès jeudi soir et tacle ses adversaires

8h20 – Les stylos neufs mis à disposition par la municipalité sont bien présents dans les bureaux de vote.

8h15 – Ecole Lamartine, 08:15, bureau 6. 3 personnes attendent devant le bureau de vote. Deux autres arrivent, se serrent la main. L’un des présents les interpellent d’une voix autoritaire : “vous savez qu’il ne faut pas se serrer la main, messieurs? C’est du civisme”.

8h02 – Bureau 6, école Lamartine. 10 premiers votants, tous équipés de leur propre stylo. Les matinaux sont prévoyants.
Le dispositif, lui, est en place: stylos neufs, masques, solution hydroalcooliques

8h – Les bureaux de vote ouvrent partout en France.

One thought on “Municipales à Montpellier : abstention inédite sur fond de crise sanitaire”

Laisser un commentaire