Cantines scolaires 100% bio et local, l’intenable promesse électorale ?

Alors que seulement 25% des repas servis dans les cantines scolaires de Montpellier sont issus de l’agriculture biologique, la plupart des candidats aux municipales ont fait du 100% bio une promesse de campagne…. Au risque d’avoir les yeux plus gros que le ventre. 

Lors d'une campagne, rares sont les propositions qui mettent tout le monde d’accord. À Montpellier, comme dans beaucoup d’autres villes de France, l’instauration du 100% bio dans les cantines scolaires est aujourd’hui sur toutes les lèvres. Les écologistes bien sûr. Mais aussi Michaël Delafosse (PS et PC), Mohed Altrad (sans étiquette), le maire sortant Philippe Saurel (sans étiquette), ou encore Alenka Doulain (FI) en sont certains : l’avenir est dans le 100% bio. Et même un avenir très proche, comme pour Mohed Altrad qui fixe cet objectif à 2022. 

Un engouement des candidats qui ne doit rien au hasard alors que 90 % des parents souhaitent plus de produits bio dans les cantines de leurs enfants, selon un rapport de la Fédération nationale d'agriculture biologique des régions de France datant de 2018. Par ailleurs, l’attention portée par les familles au contenu des assiettes de leurs bambins s'ancre dans une réflexion plus globale sur l’écologie. La problématique environnementale arrive d’ailleurs dans les premières préoccupations des électeurs pour les municipales. Parmi les actions jugées prioritaires en la matière, 19 % des votants pensent qu’il faut renforcer l’alimentation bio et locale dans la restauration collective, d’après un sondage Ipsos et Cevipof de juin 2019. De quoi aiguiser les appétits des candidats. 

3% de bio dans les cantines françaises

Aujourd'hui, environ 500 collectivités travaillent à l’objectif du 100% bio dans la restauration scolaire en France, mais avec une grande disparité selon les territoires. Alors que certaines communes ont dépassé la barre des 50 % de produits bio dans leurs restaurants scolaires, une étude publiée par l’Agence Bio, en novembre 2018, montre qu’en moyenne la part du bio en restauration collective est d’environ 3 %. 

Il vous reste 80% de cet article à découvrir !

Connectez-vous

Sinon abonnez-vous sans tarder !
Découvrez nos formules à partir de 4,92€/mois


Enregistrer un nouveau compte

Choisissez votre niveau d'adhésion

Choisissez votre méthode de paiement


Pourquoi s'abonner au d’Oc ?

  • S’informer par un média complètement indépendant dont le financement repose sur ses lecteurs.
  • Découvrir des enquêtes de fonds et des révélations qui concernent des enjeux démocratiques au niveau local.
  • Consolider l’émergence d’un journalisme qui défend un autre regard sur l’actualité de Montpellier et sa région.