Le bilan en trompe-l’œil de Robert Ménard

Après un premier mandat présenté, par
lui-même et ses sympathisants, comme une grande réussite, l’édile de Béziers
semble assuré de remporter les élections municipales 2020. Pourtant, derrière
les effets d’annonce spectaculaires, le bilan de Robert Mé
nard n’est pas
à la hauteur des promesses faites en 2014. Le d’
Oc s’est intéressé aux trois
principales « réussites » dont se targue le candidat.

Dans les rues de Béziers, pas besoin de
chercher longtemps pour trouver des partisans de Robert Ménard. Lorsque l’on
interroge les Biterrois, la réponse est souvent la même : « Il fallait voir
comment c’était avant ! » A quelques jours du premier tour des élections
municipales, le 15 mars 2020, le premier magistrat de la ville est crédité de
61% des intentions de vote, selon un sondage Ifop/Fiducial datant de février.
Le plébiscite semble inéluctable. Pourtant, lorsque l’on s’intéresse de près au bilan du maire
sortant, derrière les « grandes réussites » affichées se cache une réalité
moins brillante.

«  Les rues de Béziers sont plus
sûres »

C’était la grande promesse de Robert Ménard : faire reculer la délinquance à Béziers. Et le maire n’y est pas allé avec le dos de la cuillère. Tout le monde ici se souvient des campagnes choc menées par la municipalité. Sur les panneaux publicitaires de la ville s’affichait un pistolet automatique Beretta avec la mention « Désormais la police municipale a un nouvel ami ». Le 1er février 2019, le tonitruent Journal de Béziers (JDB), canard municipal assurant habilement le service après-vente de la politique menée par la mairie, titrait : « 2019 mauvaise nouvelle pour les racailles » avec en sous-titre : « Nous allons doubler les caméras de surveillance ».

Il vous reste 80% de cet article à découvrir !

Connectez-vous

Sinon abonnez-vous sans tarder !
Découvrez nos formules à partir de 4,92€/mois


Enregistrer un nouveau compte

Choisissez votre niveau d'adhésion

Choisissez votre méthode de paiement


Pourquoi s'abonner au d’Oc ?

  • S’informer par un média complètement indépendant dont le financement repose sur ses lecteurs.
  • Découvrir des enquêtes de fonds et des révélations qui concernent des enjeux démocratiques au niveau local.
  • Consolider l’émergence d’un journalisme qui défend un autre regard sur l’actualité de Montpellier et sa région.