La Grande-Motte : en l’absence d’opposants crédibles, la Vigie citoyenne poursuit sa lutte contre le projet Ville-Port

Installé depuis 2008, le maire Les Républicains de La Grande-Motte n’est guère chahuté par son opposition. Face à Stéphan Rossignol, les candidats peinent à composer leur liste (28 colistiers au total pour un peu plus de 8 200 électeurs). William Viste n’a pas obtenu l’investiture de La République en marche et sa campagne se révèle plus complexe que ce qu’il avait pu imaginer. « Ce n’est pas facile » concède ce grand-mottois au d’Oc qui réside dans le quartier des Villas. De son côté, l’ancien maire Serge Durand, condamné par le passé pour détournements de fonds publics, veut retenter sa chance auprès des électeurs après avoir siégé ces six dernières années dans l’opposition au conseil municipal. Enfin, le Rassemblement national rencontre aussi des difficultés pour mobiliser ses troupes sur place. Pierre Belran a été investi tête de liste pour le parti de Marine Le Pen. « Les gens sont au soutien mais ne veulent pas s’engager », expliquait-il mercredi 12 février dans Midi Libre. Déjà sous cette mandature, entre absentéisme, démission et ralliement à la majorité, le RN n’a pas réussi à imprimer sa marque.

Dans ce contexte, c’est surtout La vigie citoyenne qui porte la contestation. L’association milite contre le projet Ville-Port porté par Stéphan Rossignol pour la station balnéaire. Face à la construction de 480 nouveaux logements et l’extension de la zone portuaire, de nombreux habitants s’inquiètent des conséquences environnementales, redoutent la perte de valeur de leurs biens immobiliers et craignent la remise en cause de l’identité architecturale de La Grande-Motte en estimant que « l’œuvre de Jean Balladur sera dénaturée ». Le 1er février, La vigie citoyenne a encore organisé un grand rassemblement sous l’intitulé : «  Sauvons notre littoral ! »

Pour sa part, le maire et président de l’agglomération du Pays-de-l’Or veut accueillir de nouveaux habitants, privilégier le développement économique de sa commune et assurer sa montée en gamme.  

Pour mieux comprendre les enjeux à La Grande-Motte, redécouvrez notre enquête sur le projet Ville-Port ainsi qu’un portrait du maire Stéphan Rossignol.

La Grande-Motte : Ces grands projets qui divisent

Stéphan Rossignol, le baron qui voulait devenir pharaon

Stephan Rossignol, maire de La Grande Motte, en janvier 2018.

2 réactions à “La Grande-Motte : en l’absence d’opposants crédibles, la Vigie citoyenne poursuit sa lutte contre le projet Ville-Port

  1. Je m’associe pleinement aux inquiétudes mentionnées et aux critiques formulées, mais ma préoccupation concerne :
    – La suppression de 3 hectares de plage utilisés à plein régime pendant la saison estivale, par les sports nautiques et les estivants.
    – La réalisation d’une usine en plein centre Ville, d’une superficie de 2 hectares, qui utilisera des composants volatiles polluant et inflammables, alors que tous les décideurs s’efforcent de supprimer cette incompatibilité partout où elle existe historiquement!
    – La modification du trait de côte par la construction d’une nouvelle digue de 500 mètres de long, dont personne ne connait ses conséquences hydrauliques sur les plages du couchant.
    – La réalisation d’un remblai sur 2 hectares sur le Domaine Maritime National.
    – Le coût du projet, évalué à 45 millions d’Euros HT en 2018, puis 65 millions d’Euros HT en 2019, et alors que de nombreux ouvrages n’ont pas été pris en compte, à combien il s’élèvera-t-il au final.
    – Enfin, les nuisances pendant la durée des travaux d’une quinzaine d’années, et qui feront fuir les estivants échaudés!
    Je précise que mon avis, purement technique, n’a aucun sous entendu politique.

  2. Il faut être réaliste, notre maire est d’abord un POLITIQUE, qui a créé un RÉSEAU autour de lui. Beaucoup n’osent l’affronter. Il a choisi des leaders d’opinion nécessaires, pour se maintenir. Réalisé sde très nombreuses « études », pour aboutir à des projets qui ne toucheraient pas aux 70% d’espaces verts, bizarre…Des appartements pour de jeunes familles…un agrandissement de port, alors que la moyenne d’âge est 68 ans à LGM… et quand ces parkings réservés aux plaisanciers disparaîtront, ce sera la fin. Mais LGM sera le plus grand port de France…port de multicoques, car personne n’en veut ailleurs, une mauvaise rentabilité. Ne parlons pas de ces nombreuses hautes TOURS pour accueillir au moins 2500 résidents. Le meilleur est le déplacement des usines sur la mer et sur la plage. Cette digue prévue très haute, il le faut, car le déferlement se produira. Cette digue avait toujours été prévue de l’autre coté, protégée des vagues, mais la bonne idée du cabinet Leclerc, faire le nouveau bassin (400 anneaux) devant ces hautes tours, car pour vendre ces appartements un BON PRIX, c’est nécessaire. Pour le financement, ce sera certainement quelques aides, des emprunts, mais surtout la poche des « administrés », même ceux qui ont été admiratifs pour ces projets bien présentés sur le papier…Le RÉVEIL va être TERRIBLE !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *