À Sète, la gentrification menace l’équilibre de la ville

Marina de luxe pour
yachts de milliardaires, hausse des prix de l’immobilier, boutiques haut de
gamme en plein essor, studios de cinéma flambant neufs… Alors que le taux de
pauvreté atteint les 25% à Sète, la ville est confrontée à l’arrivée de
nouveaux habitants venus de Montpellier, Lyon ou Paris, cherchant à profiter
d’un cadre de vie en bord de mer. Une évolution qui fait craindre à de nombreux
Sétois, la disparition d’une « âme populaire » si chère à l’identité du
territoire. 

« Un jour, il n’y aura plus . . .

Il vous reste 80% de cet article à découvrir !

Connectez-vous

Sinon abonnez-vous sans tarder !
Découvrez nos formules à partir de 4,92€/mois


Enregistrer un nouveau compte

Choisissez votre niveau d'adhésion

Choisissez votre méthode de paiement


Pourquoi s'abonner au d’Oc ?

  • S’informer par un média complètement indépendant dont le financement repose sur ses lecteurs.
  • Découvrir des enquêtes de fonds et des révélations qui concernent des enjeux démocratiques au niveau local.
  • Consolider l’émergence d’un journalisme qui défend un autre regard sur l’actualité de Montpellier et sa région.