Course camarguaise : ces enfants d'immigrés qui prennent le taureau par les cornes

Depuis 20 ans, les nouveaux As de la course camarguaise se nomment Mouloud, Sabri, Youssef, ou encore Zakaria... Enfants d'immigrés, ils se sont pris de passion pour ce sport profondément ancré dans le patrimoine local. Un symbole fort, que certains ne digèrent toujours pas dans ce milieu politiquement acquis à la cause de l'extrême droite.
 
Dans le public, les chapeaux de cow-boy, les bottes épaisses, et autres chemises provençales sont légion. Les Camarguais les moins jeunes revendiquent encore leurs traditions de pied en cap. Mais lorsqu'un taureau frôle le fessier d'un coureur, le public retient son souffle comme un seul homme. « Avise! », s'écrit l'un d'eux en provençal. Un mot que la plupart des nouveaux champions de la course camarguaise ne connaissaient pas il y a quelques années encore.

Il vous reste 80% de cet article à découvrir !
Si vous êtes déjà abonnés, connectez-vous.

Pourquoi s'abonner au d’Oc ?

  • S’informer par un média complètement indépendant dont le financement repose sur ses lecteurs.
  • Découvrir des enquêtes de fonds et des révélations qui concernent des enjeux démocratiques au niveau local.
  • Consolider l’émergence d’un journalisme qui défend un autre regard sur l’actualité de Montpellier et sa région.
Facebook
Twitter