Paillotes : La préfecture de l'Hérault contrainte de siffler la fin de la beach party

Finies les night fever interminables sur les plages privatisées et les embouteillages monstres sur la départementale 59, qui empêchent les pompiers de circuler. Il aura fallu que le ministère de la Cohésion des Territoires soit saisi du dossier le 16 juin dernier, pour que la préfecture de l’Hérault demande enfin aux paillotes du Lido du Grand Travers de respecter la loi, tout du moins en partie…

« Depuis 10 ans, c'était devenu une zone de non-droit. Maintenant que monsieur le préfet a pris la sage décision d’appliquer la loi, les exploitants hurlent. Ils avaient une soi-disant dérogation pour saccager la plage et transformer leurs établissements en discothèque » dit un riverain du quartier du Couchant à la Grande-Motte. La semaine dernière, cette commune et celle de Mauguio-Carnon ont en effet eu la surprise de recevoir un courrier de la préfecture les sommant de mettre fin aux dérives des six paillotes du Lido du Grand Travers.

Il vous reste 80% de cet article à découvrir !
Si vous êtes déjà abonnés, connectez-vous.

Pourquoi s'abonner au d’Oc ?

  • S’informer par un média complètement indépendant dont le financement repose sur ses lecteurs.
  • Découvrir des enquêtes de fonds et des révélations qui concernent des enjeux démocratiques au niveau local.
  • Consolider l’émergence d’un journalisme qui défend un autre regard sur l’actualité de Montpellier et sa région.