La Grande-Motte :
LaRem s’apprête à soutenir le maire LR Stephan Rossignol

Le jeu des tractations a débuté il y a plusieurs semaines. Alors que Stephan Rossignol le maire de La Grande-Motte reste encarté chez Les Républicains, il vient d’obtenir la confiance du mouvement présidentiel. Ces derniers temps, Jacques Sorriou, animateur du comité LREM dans la cité des Pyramides, s’était rapproché de l’édile, également président de l’agglomération du Pays-de-l’Or. Encore plus récemment, le leader des marcheurs à La Grande-Motte a été aperçu dans une réunion de travail dans le bureau du maire avec Jérôme Toulza, le référent départemental de La République en marche. Selon nos informations, les protagonistes se sont mis d’accord pour promouvoir la réélection de Stephan Rossignol dès le premier tour des municipales.

Par conséquent, la candidature de William Viste, mobilisé dans l’association La vigie citoyenne qui lutte contre les grands projets initiés par la municipalité grand-mottoise, recevra une réponse négative. Si LaRem affiche un discours de renouvellement de la classe politique, elle redoute parfois le rapport de force et préfère encourager les barons locaux.

 

***

 

Sète : François Commeinhes en marche pour les municipales

Depuis les élections législatives, François Commeinhes, le maire de Sète, n’est plus encarté chez Les Républicains. Proche de La République en marche, l’édile n’avait pas dissimulé son affection pour Emmanuel Macron, s’entretenant même avec le président de la République et l’artiste-peintre Pierre Soulages dans un cadre privé. Et comme Le d’Oc l’a rappelé le 11 juin dernier, François Commeinhes fait partie des élus locaux qui se sont engagés publiquement à soutenir la politique du gouvernement.

Ainsi, l’édile devrait hériter de l’investiture du mouvement présidentiel. Si ce n’est pas encore officiel, cela semble pourtant déjà bien acté. « Il ne le sait pas encore mais au sein des états-majors parisiens il fait l’unanimité. On lui donnera l’investiture », confie au d’Oc un cadre de La République en marche. De quoi probablement ouvrir une guerre des droites sur l’île singulière.

 

***

 

LaRem : à Montpellier, objectif mars 2020

Dans l’Hérault, La République en marche a-t-elle la nostalgie des élections présidentielles de 2017 ? Ce jeudi 27 juin, le mouvement d’Emmanuel Macron organise un grand rassemblement de sa famille montpelliéraine (et métropolitaine). Le lieu des retrouvailles ? Le Diez, au sud de la ville, là où les marcheurs avaient arrosé la victoire du second tour contre Marine Le Pen. L’évènement se veut « festif », dans le but de « se retrouver ». L’invitée d’honneur sera Irène Tolleret, nouvelle députée européenne. Il s’agira de dresser un bilan des différentes actions menées par les bénévoles mais aussi d’évoquer « un avenir commun en perspective des prochaines échéances municipales. » Selon nos informations, plusieurs militants devraient affirmer la nécessité que leur formation politique soit représentée de manière autonome à Montpellier et par l’un des leurs. Ce qui, en filigrane, exclut un soutien à Philippe Saurel ou Mohed Altrad…

 

***

 

Le sénateur Jean-Pierre Grand toujours déterminé à porter Mohed Altrad

Dans l’équipe de Mohed Altrad, ça va, ça vient. Dans sa préparation des élections municipales, l’industriel a déjà travaillé avec trois directeurs de campagne différents. Depuis plusieurs jours, il semble que Catherine Labrousse ait prise définitivement ses distances avec le patron du rugby montpelliérain, comme l’a relevé Midi Libre dimanche dernier. De leur côté, Alex Larue et Patrick Vignal ont, eux aussi, tourné le dos à Mohed Altrad en décidant de lancer leur campagne respectivement pour Les Républicains et La République en marche.

Malgré ce contexte, le sénateur LR Jean-Pierre Grand ne se démobilise pas. Bien au contraire ! Selon le parlementaire, « Mohed Altrad sera le prochain maire de Montpellier. La seule chose qui puisse l’en empêcher, ce serait qu’il ne se présente pas. » Voilà un supporter fanatique qui se laisse toutefois une petite porte de sortie.

 

Lire aussi nos enquêtes :

Championnat du cumul dans le temps : dans l’Hérault, les médaillés sont…

Rossignol, le baron qui voulait devenir pharaon

En Marche 34 : la lutte des places

Laisser un commentaire