Futur stade de foot : pas de première pierre mais un hommage à Louis Nicollin

Philippe Saurel s’y était engagé : la pose de la première pierre du futur stade de football aura lieu pour l’inauguration de la coupe du monde féminine. Mais à quelques jours du coup d’envoi de la manifestation internationale qui débute ce vendredi 7 juin,  on ne voyait toujours rien venir. Contacté par Le d’Oc, le maire de Montpellier déclare que pour l’instant « il y aura un hommage à Louis Nicollin. » Une première pierre n’est donc plus d’actualité. Désormais, la priorité semble de saluer la mémoire de l’ancien président du MHSC, disparu le 29 juin 2017.

Mais où en est donc le projet de cette future enceinte sportive pour lequel la métropole a déjà engagé plus de 400 000 euros d’études sans que le résultat ne soit rendu public ? « Beaucoup de choses ont été dites, j’organiserai une conférence de presse car je me dois de clarifier le dossier », prévient Philippe Saurel. Dans le même temps, sur Twitter, l’édile vient de lancer un hashtag #JeVeuxLeStade…

La première annonce du futur stade de football remonte désormais à 2016. Depuis, une multitude d’ambiguïtés entoure le projet. Son modèle économique ne semble pas attirer les investisseurs privés (une S.A avec présence de la ville et de la métropole). La méthode, sans réelle concertation avec les élus de la métropole, ni avec ses habitants, est fortement contestée.

Tout cela s’inscrit dans un contexte délicat. Laurent Nicollin, aujourd’hui président du MHSC montre de plus en plus son exaspération. « Si le stade ne doit pas se faire, il ne se fera pas. On rendra les clés du Montpellier Hérault (…) Si le projet ne se fait pas dans les trois, quatre ans, le club sera vendu et puis on fera autre chose, ce n’est pas un souci », a-t-il assuré lundi 27 mai sur les ondes de France bleu Hérault.

 

***

 

Jérôme Toulza : « pour les municipales, Vignal ne peut se prévaloir de La République en marche »

A tâtons. Dans l'Hérault, il n’y a guère d’emballement chez les cadres de La République en marche au sujet de la candidature du député Patrick Vignal aux municipales de Montpellier. « C’est une candidature à l’investiture », tempère Jérôme Toulza, le référent départemental de LaRem. Selon le biterrois, « aujourd’hui, on ne peut pas se prévaloir d’être candidat LREM à la mairie de Montpellier. Il y a une commission nationale d’investiture qui tranchera. »

L’enthousiasme n’est pas plus présent du côté du député Philippe Huppé, un temps proche du sénateur Robert Navarro. « Ce n’est pas mon positionnement politique, explique le parlementaire au d’Oc. Je suis plutôt favorable à ce que l’on discute avec Philippe Saurel. » Qu’elle semble loin l’époque où Philippe Huppé s’affichait régulièrement avec son homologue Patrick Vignal, notamment pour évaluer la santé des centres-villes du département, comme un peu partout ailleurs.

En tant que responsable des Jeunes avec Macron (Jam), l’avocat Romain Subirats préfère, lui, saluer « cette démarche qui consiste à faire vivre LaRem en dépit de toute chapelle locale, c’est la bonne pour un parti voulant rompre avec les accords de notables. »

Un avis que pourrait d’ailleurs partager son ancien patron, lorsque Romain Subirats était employé au cabinet de la métropole de Montpellier en tant que conseiller politique. Car à la surprise générale, le plus grand défenseur de Patrick Vignal semble aujourd’hui devenir… Philippe Saurel ! Auprès du d’Oc, le maire de Montpellier commente, persiste et signe : « il serait un excellent candidat pour La République en marche. » Qui l’aurait cru ?

Décidément, dans l’Hérault, la macronie reste encore une alchimie bien insaisissable.

 

***

 

Philippe Huppé s’engage pour les municipales

Le député LREM de la cinquième circonscription jouera plus que les consultants lors des prochaines élections municipales. Il apporte d’ores et déjà son soutien à Thierry Viala, un chef d’entreprise dans le domaine de la restauration, pour aller conquérir l’Hôtel de Ville de Clermont-l’Hérault. « Je m’engagerai ainsi dans d’autres communes de ma circonscription pour soutenir des candidats proches de mes idées et de celles de La République en marche », confie-t-il au d’Oc. Mais Philippe Huppé l’assure : « je n’y ai aucun intérêt personnel. » Même pas son éventuelle réélection en 2022 à l’assemblée nationale ?

 

***

 

Canton de Lodève : le maire du Bosc se mobilise pour LREM

La date de la partielle départementale sur le canton de Lodève est désormais connue. Le 1er tour de l’élection se déroulera le 30 juin prochain. Il s’agira d’élire un conseiller départemental après le décès de la socialiste Marie-Christine Bousquet puis la démission d’Irène Tolleret, élue députée européenne avec La République en marche.

Daniel Guibal, le maire PRG du Bosc, serait pré-senti pour représenter les couleurs du mouvement présidentiel. L’édile multiplie les rendez-vous pour « prendre la température » comme le confie au d’Oc un cadre de la macronie locale. Mais si Daniel Guibal est investi, puis élu, le conseil départemental de l’Hérault ne serait plus paritaire. Un comble pour LREM qui, avec Marlène Schiappa et son secrétariat d’Etat, prétend défendre l’égalité entre les femmes et les hommes.

 

Lire nos articles sur le projet de futur stade de football à Montpellier :

Futur stade de foot : Philippe Saurel balaye l'idée d'un référendum

Les troubles persistent sur le futur stade de foot Louis-Nicollin

Futur stade de foot : la concertation renvoyée aux vestiaires

Futur stade de foot : Et si on dopait la Zac Oz ?

Futur stade de foot : sera-t-il digne d'une métropole ?

 

Lire aussi notre enquête :

En Marche 34 : la lutte des places

 


Ce contenu est accessible uniquement aux lecteurs abonnés


  • - 59 / 1 Année
    Vous accédez librement à l'intégralité du contenu. Vous recevrez gratuitement Le d'Oc magazine à l'adresse de votre choix.
    - 35 / 6 Mois
    Vous accédez librement à l'intégralité du contenu
    - 79 / 1 Année
    Vous devenez membre privilégié et accédez librement à l'intégralité du contenu. Vous recevrez gratuitement Le d'Oc magazine. Vous serez invité également aux différents événements organisés par la rédaction. Si vous estimez qu'il manque un média comme Le d'Oc sur votre territoire, soutenez notre initiative et permettez-lui de s'installer durablement.
    - 15 / 2 Mois
    Vous accédez librement à l’intégralité du contenu pendant deux mois.

    Sélectionnez un mode de paiement

    No payment methods are available for the selected subscription plan.

Laisser un commentaire