La station d'épuration Maera impliquée dans la pollution de l'étang du Prévost, l'avenir des travailleurs handicapés reste incertain

Les soupçons étaient donc fondés. Dans l’affaire de la pollution de l’étang du Prévost, à Palavas-les-Flots, la préfecture de l’Hérault confirme au d’Oc la présence de fuites sur l’émissaire de rejet de la station d’épuration Maera. Des fuites ayant participé à la dégradation de la qualité des eaux et au déclassement de la zone. Les conséquences sont catastrophiques aussi bien sur le plan écologique que social. L'une des premières victimes : l’établissement d’aide par le travail (ESAT) Les Compagnons de Maguelone, propriétaire et exploitant de l’étang. L'activité de ses salariés spécialisés dans la conchyliculture est menacée. 
 
« Les pollutions dans l’étang du Prévost sont multifactorielles, il y a des sujets qui relèvent de Maera mais pas seulement [...] Nous en avons corrigé plusieurs, dont certaines fuites sur l’émissaire, notamment à Palavas. » Cinq mois après la décision préfectorale d’interdire toutes activités conchylicoles dans l’étang du Prévost, le secrétaire général adjoint du préfet de l’Hérault, Philippe Nucho, contacté par Le d’Oc, confirme donc la responsabilité, au moins partielle, du dispositif lié à la station d’épuration Maera dans la détérioration importante de la qualité des eaux de l’étang.
L’histoire sort dans la presse locale en mars dernier.

Il vous reste 80% de cet article à découvrir !
Si vous êtes déjà abonnés, connectez-vous.

Pourquoi s'abonner au d’Oc ?

  • S’informer par un média complètement indépendant dont le financement repose sur ses lecteurs.
  • Découvrir des enquêtes de fonds et des révélations qui concernent des enjeux démocratiques au niveau local.
  • Consolider l’émergence d’un journalisme qui défend un autre regard sur l’actualité de Montpellier et sa région.
Facebook
Twitter