Remaniement municipal : Saurel met la pression sur ses élus

Le traditionnel chamboulement annuel chez les élus de la majorité municipale de Montpellier approche. Qui deviendra adjoint ? Qui sera rétrogradé en tant que simple conseiller avec délégation ? Qui disparaîtra ? Régulièrement, Philippe Saurel rebat les cartes au sein de son équipe. Et peu importe si les arguments pour récompenser l’un ou saborder l’autre ne sont jamais vraiment très clairs. Mais à un peu plus de dix mois des prochaines élections municipales, plusieurs élus s’inquiètent de leur sort à venir. Ces dernières semaines, beaucoup d’entre eux n’auraient même que ça à la bouche. « Tout le monde flippe ! Le maire en joue. L’ambiance est atroce ! », raconte au d’Oc une proche du pouvoir. Récemment, lors d’une réunion de groupe, le maire de Montpellier l’a rappelé : « il y en a qui doivent découvrir un mandat exécutif, il y en a qui ont bien travaillé, d’autres mal. Certains seront remis en scène. »

L’adjointe en charge du commerce Brigitte Roussel-Galiana se voit d’ores et déjà intégrer les rangs de l’opposition puisqu’elle répète un peu partout qu’elle ne fera pas la prochaine campagne électorale pour Philippe Saurel. Dans le collimateur : Sonia Kerangueven déléguée à la réussite éducative et au quartier Hôpitaux-fac. Il lui serait reproché de trop accompagner la direction de son service sans parvenir à impulser d’orientation politique. Dans la capitale héraultaise, les écoles ont été touchées par un mouvement de grève important des agents, perturbant ainsi l’accès des enfants aux cantines. De son côté, malgré sa fidélité envers le maire, l’adjointe déléguée à la jeunesse et à la vie étudiante, Sophia Ayache, serait aussi sur la sellette.

Pour sa part, dans les couloirs de l’Hôtel de Ville, Stéphanie Jannin rumine et estime que « Philippe Saurel est trop bienveillant envers les anciens socialistes de l’équipe. » Un comble pour cette élue qui a été condamnée pour conflit d’intérêts dans l’exercice de ses fonctions et qui a été maintenue par la suite dans la gouvernance municipale comme à la métropole.

« Je vais faire tourner une dizaine d’adjoints pour qu’ils goûtent à d’autres délégations que celles conduites depuis 2014. On peut dire que c’est une initiative spectaculaire », promettait Philippe Saurel ce matin dans Metropolitain.

Grand bouleversement ou non, ce remaniement ne devrait impacter que sur les intérêts particuliers des élus. Car depuis le début de la mandature municipale, les adjoints au maire n’ont guère de marges de manœuvre et souffrent d’un déficit cruel de notoriété.

 

***

 

Municipales : l’hypothèse Vignal pour LREM ?

Entre deux plateaux de télévision, le député de la majorité présidentielle Patrick Vignal s’active à Montpellier. Et pas seulement pour son questionnaire sur le centre-ville. Depuis plusieurs semaines, il enchaîne les rencontres. Parmi ses derniers rendez-vous : Jacques Vallet, l’ex-DGS de la mairie sous Georges Frêche, Serge Fleurence l’ex-premier adjoint d’Hélène Mandroux, Gilles Boulet l-ex directeur de la communication du CHU de Montpellier, Jean-Pierre Touchat, le président du syndicat des halles et des marchés… Le parlementaire est aussi en contact avec Marc Dufour l’ancien PDG de la SNCM et ancien président du MoDem dans l’Hérault,  et Jules Nyssen, le DG de Régions de France et ex-DGS d’Hélène Mandroux. Toutes ces personnes paraissent à l’écoute d’une éventuelle candidature pour aller conquérir la mairie en 2020. Récemment, il a également sondé sa propre famille politique en échangeant avec le lieutenant des marcheurs à la Mosson Mahfoud Benali, la députée Coralie Dubost ou Romain Subirats l’ex-conseiller politique de Philippe Saurel à la métropole. Mais là, ça semble un peu plus compliqué… Si son entourage l’estime comme « le plus légitime », Patrick Vignal ne pourrait pas être le seul à briguer l’investiture LREM pour les prochaines municipales. A suivre…

 

***

 

Halles Laissac : des commerçants déçus

Inaugurée il y a quelques mois à peine, les nouvelles halles Laissac n’enchantent pas tous les commerçants. Un primeur est en train de céder son emplacement tandis qu’un autre commerce cherche déjà à vendre. « La fréquentation n’est pas forcément à la hauteur des attentes, la clientèle du bar ne correspond pas à une halle alimentaire et les travaux importants de la terrasse perturbent l’activité économique », explique un proche des affaires commerçantes. Il y a comme du retard à l’allumage.

 

Photo à la une : Xavier Malafosse

 

Lire aussi :

Municipales : Philippe Saurel retarde sa probable candidature mais pose plus d’un demi-milliard d’euros sur la table

Le TGI de Montpellier regrette que Stéphanie Jannin ait donné « une image négative de la politique »

Ils décryptent le système Saurel vu de l'intérieur

 


Ce contenu est accessible uniquement aux lecteurs abonnés


  • - 59 / 1 Année
    Vous accédez librement à l'intégralité du contenu. Vous recevrez gratuitement Le d'Oc magazine à l'adresse de votre choix.
    - 35 / 6 Mois
    Vous accédez librement à l'intégralité du contenu
    - 79 / 1 Année
    Vous devenez membre privilégié et accédez librement à l'intégralité du contenu. Vous recevrez gratuitement Le d'Oc magazine. Vous serez invité également aux différents événements organisés par la rédaction. Si vous estimez qu'il manque un média comme Le d'Oc sur votre territoire, soutenez notre initiative et permettez-lui de s'installer durablement.
    - 15 / 2 Mois
    Vous accédez librement à l’intégralité du contenu pendant deux mois.

    Sélectionnez un mode de paiement

    No payment methods are available for the selected subscription plan.

Laisser un commentaire