Municipales : Et si "Nous Sommes" rebattait les cartes de la gauche montpelliéraine ?

De manière inattendue, le collectif citoyen a surgi dans le débat public. Il veut tout simplement « reprendre le pouvoir » confisqué par 40 ans de frêchisme. Déjà bien organisé, s’appuyant sur les outils du numérique, et s’inspirant du municipalisme libertaire, il pourrait faire sa place entre La France insoumise et Europe écologie – Les verts. Car en à peine quelques mois, le mouvement devient progressivement l’épicentre des gauches. Mais le plus dur commence.
 
Dans la capitale héraultaise, dimanche 14 avril, le soleil printanier tape fort sur la Place de la Révolution. Le collectif « Nous Sommes » a choisi cette vaste esplanade, sur les rives du Lez et devant la façade métallique de Montpellier Management pour organiser sa seconde agora populaire. La thématique du jour révèle toute l’ambition du mouvement : « Démocratie locale et radicale, réinventons la ville ! » Cet après-midi là, une centaine de personnes s’est déplacée pour écouter, échanger et réfléchir sur la mise en place de nouvelles modalités pour que les décisions locales soient prises « par le bas ».

Il vous reste 80% de cet article à découvrir !
Si vous êtes déjà abonnés, connectez-vous.

Pourquoi s'abonner au d’Oc ?

  • S’informer par un média complètement indépendant dont le financement repose sur ses lecteurs.
  • Découvrir des enquêtes de fonds et des révélations qui concernent des enjeux démocratiques au niveau local.
  • Consolider l’émergence d’un journalisme qui défend un autre regard sur l’actualité de Montpellier et sa région.