En Marche 34 crève l’abcès et entre en campagne

Ce mardi soir, le comité Montpellier centre de La République en marche (LREM) organise une nouvelle réunion au bar à vin, le verre à soi. La thématique : « comment mettre une équipe de campagne en marche ». Européennes, municipales, départementales, régionales… Toutes les échéances électorales devraient être abordées pour un mouvement inexpérimenté car tout nouveau dans le paysage politique. De nombreux « marcheurs » attendaient une telle conférence, dont le sujet était présent dans tous les esprits mais jusqu’à lors complètement tabou. Il y avait seulement l’autorisation de… ne surtout pas en parler. Les échanges seront animés par deux anciens conseillers politiques de Philippe Saurel, le maire de Montpellier : le frêchiste François Delacroix et l’habitué des courants minoritaires au sein du parti socialiste Fabien Nicolas.

 

***

 

Altrad 2020 : it’s Wonderful ?

Selon nos informations, Mohed Altrad réfléchirait à revoir sa communication. Par conséquent, l’équipe constituée autour de lui pourrait prochainement évoluer. Dans la classe politique locale, notamment à droite, on annonce l’arrivée imminente de l’agence Wonderful. L’entreprise n’est autre que le dernier employeur de Laurent Blondiau, le directeur du cabinet de Carole Delga au conseil régional. Mais Pascal Hébrard, le directeur général de la société, dément toute éventuelle implication dans la pré-campagne municipale de Mohed Altrad. « Ce n’est pas de notre compétence. Cela ne se produira donc pas, explique-t-il au d’Oc. Il y a Catherine Labrousse d’un côté, Laurent Blondiau d’un autre (son conjoint, ndlr), l’association avec nous est facile et génére beaucoup de fantasme. » Un « fantasme » qui prend pourtant racine quand l’un des actionnaires de Wonderful appelle un maire de la métropole pour l’informer de l’arrivée de Catherine Labrousse dans le staff politique du milliardaire. D’autre part, pour Le d’Oc, un collaborateur politique se souvient d’ailleurs avoir été surpis des liens étroits entre l’agence et Catherine Labrousse. « J’ai sollicité l’aide de Wonderful pour une campagne électorale. J’ai donc appelé Laurent Blondiau qui travaillait à l’époque pour cette société. Il m’a envoyé Catherine Labrousse pour une prestation très élevée et peu qualitative »

En 2016, une polémique avait éclaté sur la proximité entre l’agence publicitaire et l’ex-journaliste Laurent Blondiau sur l’attribution d’importants contrats pour créer des supports de communication pour la région Occitanie. « Il y a eu un appel d’offres, ils ont répondu. Ils ont été retenus au sein d’un lot avec deux autres sociétés », commentait à ce sujet l’ex-directeur de la com’ de Georges Frêche au conseil régional dans un portrait que lui a consacré Médiacités, le 9 octobre dernier. « J’ai fait une grande erreur dans ma vie : rencontrer Laurent Blondiau », ironise aujourd’hui Pascal Hebrard…

 

***

 

Vert de colère contre Saurel

« 0% d’écologie », « Saurel laisse béton », « Saurel le tractopelle »… Remis en cause par plusieurs manifestants dans le cortège de la marche pour le climat, samedi dernier à Montpellier, Philippe Saurel semble en difficulté face aux écologistes. Il faut dire qu’en déclinant « toute responsabilité en cas d’accident, les cyclistes pouvant être induits en erreur » après de fausses pistes cyclables marquées sur l’avenue de Toulouse pour dénoncer la dangerosité de l’artère pour les cyclistes, le maire ne s’est pas fait que des amis. De son côté, Manu Reynaud, candidat à l’investiture chez Europe-écologie Les verts pour les prochaines municipales en a rajouté une couche sur Twitter. En annonçant au Mipim, l’un des plus grands salons des professionnels de l’immobilier à Cannes, la présentation de « Montpellier sous l’aspect de la nature », l’écologiste s’est indigné en rappelant que le néo-quartier Cambacérès était situé… « entre deux autoroutes. » Là même où une gare TGV "fantôme" a été construire, rongeant ainsi sur des terres agricoles.

 

***

 

Probables candidats à la mairie de Montpellier : les oubliés

Dans sa publication du 12 mars dernier, Le d’Oc a répertorié les probables candidats en capacité de conduire une liste aux prochaines élections municipales de Montpellier. Malgré un nombre de prétendants déjà important, nous avons oublié trois personnes et avons donc réactualisé notre article. En effet, Thierry Tsagalos, coach sportif, adhérent de La République en marche (LREM), veut aborder les sujets qui fâchent comme la sécurité, la gestion des migrants albanais dans le quartier Saint-Denis – Gambetta, construire une liste citoyenne représentative de toutes les communautés et revoir le fonctionnement des publicités vendues à la presse par la mairie et la métropole. Déjà candidat en 2015 aux élections départementales avec le Parti libéral démocrate (PLD – 4,24%), il estime ne pas se reconnaître « dans l’offre actuelle », tout en s’inscrivant dans « une droite libérale et humaniste. » Selon lui, il faut davantage de « courage » en politique, avec « des mesures fortes. »

Toujours à droite, Gérard Francalanci a reçu le soutien départemental de l'UDI pour mener une liste. Toutefois, cette ambition pourrait être contrariée dans le cadre d’un accord avec le parti Les Républicains (LR). Enfin, Thierry Teulade, candidat aux dernières législatives (0,45%), serait en train de composer une liste citoyenne et écologique pour ne « pas laisser le champ libre à Jean-Louis Roumégas (ex-député, candidat à l’investiture chez EELV, ndlr) » Le militant, engagé sur le quartier Malbosc et opposé au projet immobilier Alba sur Las Rébès, pourrait s’appuyer sur Nouvelle Donne, le parti lancé en 2013 par Pierre Larrouturou.

Photo à la une : Xavier Malafosse

 

Lire aussi :

En Marche 34 : La lutte des places

Une nouvelle gare TGV "fantôme" ? La réponse édifiante en images

Gare TGV de Montpellier : le fiasco durera plus qu'un été

Photographie des probables candidats à la mairie de Montpellier

 


Ce contenu est accessible uniquement aux lecteurs abonnés


  • - 59 / 1 Année
    Vous accédez librement à l'intégralité du contenu. Vous recevrez gratuitement Le d'Oc magazine à l'adresse de votre choix.
    - 35 / 6 Mois
    Vous accédez librement à l'intégralité du contenu
    - 79 / 1 Année
    Vous devenez membre privilégié et accédez librement à l'intégralité du contenu. Vous recevrez gratuitement Le d'Oc magazine. Vous serez invité également aux différents événements organisés par la rédaction. Si vous estimez qu'il manque un média comme Le d'Oc sur votre territoire, soutenez notre initiative et permettez-lui de s'installer durablement.
    - 15 / 2 Mois
    Vous accédez librement à l’intégralité du contenu pendant deux mois.

    Sélectionnez un mode de paiement

    No payment methods are available for the selected subscription plan.

Laisser un commentaire