Aux commandes de l’université, l’habile ascension du « bulldozer » Philippe Augé

Réélu à la tête de l’Université de Montpelier en janvier 2019, Philippe Augé a su hisser l’établissement au sommet des classements internationaux. « Profondément humain » pour certains, « despotique » pour d’autres, ce professeur de droit public a gravi les échelons de manière stratégique. Aux manettes de l’un des fleurons de l’éducation nationale et de la ville, celui qui aime manœuvrer en coulisses réfute toute ambition politique et cultive son indépendance.
 
Le rendez-vous devait avoir lieu dans son bureau. Il se fera dans un sobre préfabriqué du boulevard Henri IV. Ces locaux de l’université, Philippe Augé les connait bien, pour les arpenter depuis bientôt 35 ans. Quand il entre pour la première fois, en 1985, à la Faculté de Droit, c’est avec l’intention de passer les concours de l’administration publique. Jeune, quand certains rêvent du barreau, lui s’imagine inspecteur des impôts.

Il vous reste 80% de cet article à découvrir !
Si vous êtes déjà abonnés, connectez-vous.

Pourquoi s'abonner au d’Oc ?

  • S’informer par un média complètement indépendant dont le financement repose sur ses lecteurs.
  • Découvrir des enquêtes de fonds et des révélations qui concernent des enjeux démocratiques au niveau local.
  • Consolider l’émergence d’un journalisme qui défend un autre regard sur l’actualité de Montpellier et sa région.