Prostituées nigérianes : leur combat pour sortir de l’emprise

 Sortir et se libérer d’un réseau de prostitution est un processus terriblement complexe. L’emprise psychologique est forte mais les femmes sont aussi tenues sur le plan matériel. Logement, sécurité, papiers d’identité... Quitter voire dénoncer un réseau c’est se retrouver en grande difficulté. Quelles sont les voies possibles pour ces femmes ? Que prévoit la loi pour elles ? Deuxième volet de notre enquête sur la prostitution nigériane à Montpellier.

 

« Elle ne voulait pas être là. » Maitre Sidonie Amiot, avocate au barreau de Montpellier, a représenté en juillet 2018 l’une des parties civiles au procès d’un réseau de prostitution nigériane, démantelé dans le massif de la Gardiole. Sa cliente n’a pas assisté aux audiences. Par peur d’être confrontée aux figures du réseau et sans doute pour les tenir à distance de la nouvelle vie qu’elle est en train de construire.


Ce contenu est accessible uniquement aux lecteurs abonnés


  • - 59 / 1 Année
    Vous accédez librement à l'intégralité du contenu. Vous recevrez gratuitement Le d'Oc magazine à l'adresse de votre choix.
    - 35 / 6 Mois
    Vous accédez librement à l'intégralité du contenu
    - 79 / 1 Année
    Vous devenez membre privilégié et accédez librement à l'intégralité du contenu. Vous recevrez gratuitement Le d'Oc magazine. Vous serez invité également aux différents événements organisés par la rédaction. Si vous estimez qu'il manque un média comme Le d'Oc sur votre territoire, soutenez notre initiative et permettez-lui de s'installer durablement.
    - 15 / 2 Mois
    Vous accédez librement à l’intégralité du contenu pendant deux mois.

    Sélectionnez un mode de paiement

    No payment methods are available for the selected subscription plan.

Laisser un commentaire