« La situation n’incite pas à éduquer ses enfants au vélo en milieu urbain »

A Montpellier, il aurait pu remporter le prix de « la grande gueule » de l’année 2018. Bruno Adele, 46 ans, père de famille, est à l’origine du hashtag #JeSuisUnDesDeux sur Twitter. Ou la réaction d’un citoyen « en colère » contre les propos de Philippe Saurel lors de l’inauguration de la déviation routière de Castries qui ne prenait pas en compte l’aménagement de pistes cyclables sécurisées. « Faire une infrastructure pour qu’elle soit utilisée par deux personnes, ce n’est peut-être pas l’idéal », avait alors commenté le maire devant les caméras de France 3. Par la suite, la viralité de son tweet s’est transformée en une manifestation localement inédite, organisée par l'association Vélocité. La "vélorution" a réuni plus d’un millier de cyclistes bien décidés à montrer qu’il existe dans la métropole une véritable attente pour une politique du vélo plus pertinente. Pour Le d’Oc, ce "vélotafeur" revient sur cet épisode, raconte son quotidien de cycliste et sa nouvelle vie de militant.

Il vous reste 80% de cet article à découvrir !
Si vous êtes déjà abonnés, connectez-vous.

Pourquoi s'abonner au d’Oc ?

  • S’informer par un média complètement indépendant dont le financement repose sur ses lecteurs.
  • Découvrir des enquêtes de fonds et des révélations qui concernent des enjeux démocratiques au niveau local.
  • Consolider l’émergence d’un journalisme qui défend un autre regard sur l’actualité de Montpellier et sa région.