[Rétrodoc] Nos enquêtes qui ont marqué l’année 2018

Découvrez une sélection de nos enquêtes qui ont marqué l'année 2018, notamment par leurs révélations. Dans l'air du temps, ancrées dans notre territoire, elles poursuivent notre promesse d'origine : se détacher de l'instantanéité de l'information, remettre en cause les pouvoirs politiques, économiques et autres réseaux d'influence, et offrir un autre regard sur l'actualité de Montpellier et sa région.

 

 

LaRem-34 : Marcheurs au bord de la crise de nerfs

Dans l'Hérault, la première année (sans élection) du tout nouveau mouvement présidentiel ne s'annonçait pas simple. Elle s'est révélée très compliquée. LREM s'est ainsi heurtée aux querelles de personnes, à l'effondrement de l'engagement de ses adhérents et à l'incapacité de se positionner sur les prochaines municipales.

 

Font del Rey : Une tour indigne à la Paillade

Depuis plusieurs décennies, la copropriété Font del Rey située sur la Place du Grand Mail, dans le quartier populaire de la Mosson à Montpellier, ne cesse de se dégrader. La centaine d’appartements présente souvent les mêmes symptômes : infiltrations d’eau, traces importantes d’humidité, installation électrique parfois défaillante représentant un danger pour les occupants, ventilation inefficace, absence de chauffage dans l’une des parties du bien… L’état des lieux a donc de graves répercussions sur la santé des habitants. Et les rapports du service d’hygiène de la Ville se multiplient. En vain ?

Violences à la fac de droit de Montpellier : la contestation sociale revigorée

Le 22 mars dernier, en marge d'une manifestation contre la réforme de l'université, un groupuscule d'individus cagoulés a violemment expulsé des étudiants occupant un amphithéâtre de la fac de droit de Montpellier. A partir de cet incident, le mouvement n'a cessé de s'amplifier pour se durcir jusqu'à la fin du printemps.

 

Orchestra : Du conte de fées au cauchemar des salariés

Et si la success-story du géant de la petite enfance n’était qu’une histoire pour endormir les grands ?  Et si elle cachait finalement une entreprise qui se voulait plus grosse que le bœuf ? De la dépression au burnout en passant par le simple ras-le-bol, six salariés ont livré au d’Oc les raisons qui les ont poussés à fuir une firme à laquelle ils ont souvent sacrifié des années. Management inexistant ou oppressif, non-respect de la sécurité, économie de moyens frisant le ridicule, dysfonctionnements logistiques, manque d’effectifs… Au royaume des enfants, les employés malheureux montrent du doigt le siège du château, situé à Saint-Aunès, dans l’Hérault. Et la gestion capricieuse du couple Mestre.

 

Les identitaires dans l'Hérault : Ils font tomber le masque

Plongée dans l'ultra-droite héraultaise : La ligue du midi, la communauté des brigandes à La Salvetat-sur-Agout, ses relais médiatiques, sa proximité avec le Rassemblement national...

 

Altrad 2020 : Les quadras, les notables et les loges

Mohed Altrad semble déterminé pour s'aligner sur la feuille de matche des élections municipales à Montpellier. Depuis notre publication du 26 juillet, l'industriel poursuit ses réunions de travail hebdomadaire. Le président du MHR agrandit son premier cercle sans pour autant savoir s'il souhaite candidater sous la bannière de La République en marche (LREM) ou du parti Les Républicains (LR).

 

Indemnités, alcool, déplacements... Les abus quotidiens de la gouvernance grand-mottoise

Avant qu'il ne soit rendu public, Le d'Oc a révélé le contenu du rapport d'observations définitives de la chambre régionale des comptes sur la municipalité de La Grande-Motte. L'enquête de la CRC pointe de nombreuses dérives. La gestion du maire LR Stephan Rossignol est remise en cause.

Gare TGV de Montpellier : Le fiasco durera plus qu'un été

Ouverte le 7 juillet dernier, la gare TGV Sud de France de Montpellier alimente toujours l'incomprhéension de nombreux voyageurs. Implantée dans un no man's land, au milieu de terres agricoles, l'équipement n'est toujours pas desservi par le tramway. Depuis cette nouvelle gare, l'usager doit donc compter environ 40 minutes de trajet en transports publics pour rallier la gare centrale (à trois minutes à pied de la Place de la Comédie). Pourtant, la SNCF prévoit de renforcer la fréquence des trains à Sud de France, au détriment de la gare Saint-Roch. Ce fiasco a tout de même un coût : 135 M€, auquel il faudra ajouter 40 M€ minimum pour la prolongation de la ligne 1 du tram.

 

Ils décryptent le système Saurel vu de l'intérieur

Cinq anciens collaborateurs du maire de Montpellier racontent leur expérience auprès de Philippe Saurel. Ils ne sont pas de la même génération, ont un parcours professionnel différent, et partagent chacun une histoire singulière avec l’édile. Pourtant, ils décrivent tous un élu exerçant le pouvoir de manière « solitaire », l’absence de « ligne politique » et de projets qui fassent « rêver », ou encore une stratégie de « victimisation » avec un « art démesuré pour se créer des ennemis ». Plus détachés qu’amers, ils livrent leur analyse avec la légitimité d’avoir été recruté au cabinet de l’Hôtel de Ville mais surtout, pour la plupart d’entre eux, d’avoir fait campagne pour le dissident socialiste lorsqu’il était candidat à la mairie.

 

Erosion du littoral héraultais : Du sable et des millions qui partent à la mer

Les plages de l’Hérault perdent entre un et quatre mètres chaque année. Pour les scientifiques le constat est sans appel : l’érosion est inéluctable. Certaines plages et habitations en première ligne pourraient même complètement disparaître d’ici 50 ans. Inquiets pour cette pépite du tourisme et de l’économie, la région et le département ont lancé des études. Une proposition de loi est en cours de préparation… En attendant, sans arsenal juridique et législatif, les communes sont bien démunies.

 

A lire aussi :

Saurélie : Le changement, c'est (encore) maintenant !

Futur stade de foot : La concertation renvoyée aux vestiaires

Au CHU de Montpellier, la galère quotidienne du personnel soignant

Midi Libre : Les dessous d'un journal en crise économique

"Gilets jaunes" : La gauche entre embarras et empathie

 

 

Mais redécouvrez aussi le meilleur de #Photodoc

 


Ce contenu est accessible uniquement aux lecteurs abonnés


  • - 59 / 1 Année
    Vous accédez librement à l'intégralité du contenu. Vous recevrez gratuitement Le d'Oc magazine à l'adresse de votre choix.
    - 35 / 6 Mois
    Vous accédez librement à l'intégralité du contenu
    - 79 / 1 Année
    Vous devenez membre privilégié et accédez librement à l'intégralité du contenu. Vous recevrez gratuitement Le d'Oc magazine. Vous serez invité également aux différents événements organisés par la rédaction. Si vous estimez qu'il manque un média comme Le d'Oc sur votre territoire, soutenez notre initiative et permettez-lui de s'installer durablement.
    - 15 / 2 Mois
    Vous accédez librement à l’intégralité du contenu pendant deux mois.

    Sélectionnez un mode de paiement

    No payment methods are available for the selected subscription plan.

Laisser un commentaire