Grand et Bort derrière Altrad pour le match des municipales à Montpellier

Pour vous faire patienter jusqu’à la publication de notre traditionnelle enquête hebdomadaire, notre média en ligne lance une nouvelle rubrique Dans la salle d’attente… du d’Oc. Une série de brèves incisives et impertinentes pour prolonger ou redécouvrir certains de nos articles.

 

Jean-Pierre Grand et Frédéric Bort les piliers du système Altrad 

C’est le duo qui porte la probable candidature de Mohed Altrad aux prochaines élections municipales de Montpellier. Le sénateur LR Jean-Pierre Grand et l’ex-directeur de cabinet de Georges Frêche Frédéric Bort consultent chaque semaine le chef d’entreprise et président du MHR. D’après l’entourage du milliardaire, « sa candidature est irréversible. » Même si une autre voix préfère temporiser en indiquant qu’actuellement « Mohed Altrad est toujours en phase de réflexion. Il est loin d’avoir franchi le pas. »

Cela fait désormais six mois qu’un sondage Ifop commandé par l’industriel l’a évalué à 15% des intentions de vote au 1er tour du scrutin de 2020 (sans étiquette partisane). Depuis, Mohed Altrad n’a envoyé aucun signal sur la crédibilité de ses ambitions politiques bien qu’il continue de multiplier les rendez-vous sur le sujet. Mais entre le désir et la lassitude, il n’y a parfois qu’un pas. Au rugby, comme en campagne électorale, même les meilleurs joueurs en mélée ne garantissent pas forcément la victoire finale.

 

***

 

Montpellier capitale européenne de la culture aux oubliettes ?

Dans son édition du 15 novembre, La Gazette a publié une double-page d’entretien consacrée aux affaires culturelles avec le maire de Montpellier. Philippe Saurel n’a pas eu un seul mot pour son adjointe Isabelle Marsala, ni pour son vice-président Bernard Travier, tous deux en charge de cette thématique respectivement à la ville et à la métropole. Guère étonnant puisque dans l’interview l’édile reconnaît lui-même ses difficultés à déléguer : « je mets mon nez partout ! »

Par contre, ce qui surprend le plus, c’est l’absence totale de propos sur l’avancée de la candidature pour devenir capitale européenne de la culture en 2028. Annoncée il y a un an dans le cadre d’un grand remaniement administratif et politique, Philippe Saurel avait pourtant confié la mission à son ex-directeur de cabinet Fabrice Manuel, désormais directeur adjoint en charge du pôle culture à la métropole. Le silence sur le sujet laisse-t-il présager un malaise sur cette nouvelle ambition culturelle ?

 

***

 

Optimisme mesuré en Saurélie

Dans la majorité de Philippe Saurel, le maire de Montpellier, tout le monde n’envisage pas un grand destin après l’échéance électorale de 2020. Il y a les élus qui sont rattrapés par l’âge, les désabusés qui ne veulent plus repartir pour un second mandat, et ceux qui signeraient bien pour une nouvelle aventure tout en s’inquiétant de la réelle crédibilité de leurs ambitions. Ce qui fait dire à l’un d’entre eux : « certains sont en train de comprendre que le Titanic n’a pas eu de seconde chance… » Autant dire qu’à l’Hôtel de Ville de la Place Georges-Frêche, l’ambiance n’est pas toujours à la fête.

 

***

 

Après consultation du d’Oc, En Marche Hérault purge sa com’

« On nous retire le peu d’espace démocratique qui nous était proposé. » Après nos révélations sur la crise politique au sein des marcheurs héraultais, le récit de ses guerres intestines et les difficultés de positionnement pour les municipales à Montpellier, la direction départementale du mouvement présidentiel a réagi sans demie mesure. LaRem 34 a tout simplement décidé de revoir l’utilisation de ses boucles d’échanges sur le réseau social Telegram. Première annonce forte : la suppression des boucles « échanges et échanges politiques. » Celles-ci seraient aujourd’hui « trop souvent détournées de leur vocation première, notamment celles qui ont été créées pour favoriser des échanges larges », explique l’équipe départementale dans un communiqué envoyé à ses adhérents au lendemain de notre publication (sans jamais la citer). Pour elle, « rien ne vaut les rencontres réelles ». Faudra-t-il encore organiser des réunions propices aux échanges sur les questions politiques...

Si les marcheurs souffrent d’un manque d’informations sur leur formation jupiterienne, ils peuvent toujours consulter Le d’Oc pour se soigner. Et que les macronistes de la première heure se rassurent : le traitement prouve chaque semaine son efficacité sans pour autant gonfler le trou de la sécu.

 

A lire aussi :

Altrad 2020 : Les quadras, les notables et les loges

Saurélie : Le changement c'est (encore) maintenant !

Pour Philippe Saurel, « tout roule ! » Ou presque…

En Marche 34 : La lutte des places


Ce contenu est accessible uniquement aux lecteurs abonnés


  • - 59 / 1 Année
    Vous accédez librement à l'intégralité du contenu. Vous recevrez gratuitement Le d'Oc magazine à l'adresse de votre choix.
    - 35 / 6 Mois
    Vous accédez librement à l'intégralité du contenu
    - 79 / 1 Année
    Vous devenez membre privilégié et accédez librement à l'intégralité du contenu. Vous recevrez gratuitement Le d'Oc magazine. Vous serez invité également aux différents événements organisés par la rédaction. Si vous estimez qu'il manque un média comme Le d'Oc sur votre territoire, soutenez notre initiative et permettez-lui de s'installer durablement.
    - 15 / 2 Mois
    Vous accédez librement à l’intégralité du contenu pendant deux mois.

    Sélectionnez un mode de paiement

    No payment methods are available for the selected subscription plan.

Laisser un commentaire