En Marche 34 : La lutte des places

La crise est proche. Manque de démocratie participative, difficultés à se positionner pour les prochaines municipales à Montpellier, querelles de personnes… Dans l’Hérault, le mouvement d’Emmanuel Macron perd de sa fraîcheur et de sa vitalité. Dans ce contexte, plusieurs adhérents décident d’agir pour faire bouger les lignes. Quitte à déranger la direction départementale nommée par les équipes nationales. En ligne de mire : le scrutin de mars 2020.
 
C’est une réunion qui laissera des traces au sein des marcheurs héraultais. La conférence sur le renouveau en politique organisée le 9 octobre dernier par le comité du centre-ville de Montpelliern avec comme unique intervenant Romain Subirats, ancien conseiller du président Philippe Saurel (DvG) à la métropole, n’a fait qu’amplifier les tensions au sein de la macronie locale. Si le malaise existait déjà bien avant cet évènement – Le d’Oc en a d’ailleurs fait le récit à plusieurs reprises (ici ou ici) -, cette fois-ci, la fracture semble imminente.

Il vous reste 80% de cet article à découvrir !
Si vous êtes déjà abonnés, connectez-vous.

Pourquoi s'abonner au d’Oc ?

  • S’informer par un média complètement indépendant dont le financement repose sur ses lecteurs.
  • Découvrir des enquêtes de fonds et des révélations qui concernent des enjeux démocratiques au niveau local.
  • Consolider l’émergence d’un journalisme qui défend un autre regard sur l’actualité de Montpellier et sa région.
Facebook
Twitter