Erosion du littoral héraultais : Du sable et des millions qui partent à la mer

Les plages de l'Hérault perdent entre un et quatre mètres chaque année. Pour les scientifiques le constat est sans appel : l’érosion est inéluctable. Certaines plages et habitations en première ligne pourraient même complètement disparaître d’ici 50 ans. Inquiets pour cette pépite du tourisme et de l’économie, la région et le département ont lancé des études. Une proposition de loi est en cours de préparation… En attendant, sans arsenal juridique et législatif, les communes sont bien démunies.
 

Des vents à 100 km/ heure, une houle de six mètres, et en quelques heures la plage qui a quasiment disparu. Le lendemain du 1er mars 2018, Louis Fardet constate les dégâts, déprimé. Depuis qu’il s’est installé à Vias, dans le Biterrois, en 2004, le gérant du camping des Flots bleus a été le témoin de plusieurs tempêtes, des « coups de mer ». Mais ce dernier est d’une intensité jamais vue depuis 2003 et 2004. « La mer a emporté une grande partie de la digue. Les passerelles ont été arrachées, les ganivelles installées pour retenir le sable et la végétation emportées. Seule reste une petite bande de sable ridicule. On ne peut plus parler de plage… »

Huit mois ont passé, Louis Fardet a pris sa retraite, mais il ne décolère pas.

Il vous reste 80% de cet article à découvrir !
Si vous êtes déjà abonnés, connectez-vous.

Pourquoi s'abonner au d’Oc ?

  • S’informer par un média complètement indépendant dont le financement repose sur ses lecteurs.
  • Découvrir des enquêtes de fonds et des révélations qui concernent des enjeux démocratiques au niveau local.
  • Consolider l’émergence d’un journalisme qui défend un autre regard sur l’actualité de Montpellier et sa région.