Assistants parlementaires au RN : la mise en examen de Louis Aliot requalifiée en «détournements de fonds publics»

Après Marine Le Pen et l’eurodéputé Bruno Gollnisch, au tour de Louis Aliot de voir sa mise en examen, dans l’affaire des assistants parlementaires européens, requalifiée en « détournements de fonds publics ». Le député, tête de liste en Occitanie pour le Front national aux dernières élections régionales, était convoqué jeudi dernier par les juges d’instruction.
Cet article a été publié le 25 octobre 2018 par Mediapart et s'inscrit dans un partenariat éditorialavec notre titre de presse indépendant en ligne.

Il vous reste 80% de cet article à découvrir !
Si vous êtes déjà abonnés, connectez-vous.

Pourquoi s'abonner au d’Oc ?

  • S’informer par un média complètement indépendant dont le financement repose sur ses lecteurs.
  • Découvrir des enquêtes de fonds et des révélations qui concernent des enjeux démocratiques au niveau local.
  • Consolider l’émergence d’un journalisme qui défend un autre regard sur l’actualité de Montpellier et sa région.