Midi Libre, les dessous d’un journal en crise économique

Comme de nombreux autres journaux, le quotidien régional subit une baisse chronique de sa diffusion papier et de ses ventes en kiosque. Plus inquiétant, la chute des recettes publicitaires est plus importante que prévue. Or, le plan triennal engagé après le rachat du titre par le groupe La Dépêche arrive à terme. Le PDG Jean-Michel Baylet semble contraint de solliciter un nouvel emprunt auprès des banques. S’il est acté, ce second plan entraînera de nouvelles restructurations au sein des rédactions de Midi Libre. Les journalistes et leurs conditions de travail ne seront pas épargnés. Des signes de cette mutation sont d’ailleurs déjà visibles. D’autres sont en cours de négociation.   
 
C’est inédit. La diffusion payante du journal Midi Libre vient de passer en dessous de la barre hautement symbolique des 100 000 exemplaires par jour.

Il vous reste 80% de cet article à découvrir !
Si vous êtes déjà abonnés, connectez-vous.

Pourquoi s'abonner au d’Oc ?

  • S’informer par un média complètement indépendant dont le financement repose sur ses lecteurs.
  • Découvrir des enquêtes de fonds et des révélations qui concernent des enjeux démocratiques au niveau local.
  • Consolider l’émergence d’un journalisme qui défend un autre regard sur l’actualité de Montpellier et sa région.