Au CHU de Montpellier, la galère quotidienne du personnel soignant

 
Début juillet, le personnel des urgences du CHU de Montpellier a failli se mettre en grève. Principal motif de mécontentement : les conditions de travail. Le premier employeur du département de l’Hérault subit en effet, à l’image du système hospitalier français, de profondes transformations qui ont pour effet de développer et d’intensifier fortement l’activité, avec un effectif qui, lui, augmente à peine. Aux urgences et en psychiatrie, en première ligne, les soignants témoignent de difficultés incessantes. Mais ce n’est que la partie immergée de l’iceberg.
 
Qui ignore ce qu’est la souffrance au travail peut aller faire un tour aux urgences du CHU de Montpellier, à Lapeyronie et Gui de Chauliac. Selon les témoignages recueillis en juin et juillet, les infirmiers et aide-soignats ont le sentiment insupportable de maltraiter ceux dont ils devraient prendre soin.

Il vous reste 80% de cet article à découvrir !
Si vous êtes déjà abonnés, connectez-vous.

Pourquoi s'abonner au d’Oc ?

  • S’informer par un média complètement indépendant dont le financement repose sur ses lecteurs.
  • Découvrir des enquêtes de fonds et des révélations qui concernent des enjeux démocratiques au niveau local.
  • Consolider l’émergence d’un journalisme qui défend un autre regard sur l’actualité de Montpellier et sa région.