« Les mécanismes de liberté publique n’ont jamais été autant maltraités et démantelés qu’aujourd’hui »

Avec l’apparition de nouvelles lois sur la transmission de l’information, les professionnels de la presse doivent aujourd’hui faire face à une évolution de leurs conditions de travail. La loi sur les fake news, pas encore adoptée, permettrait de lutter contre la diffusion de fausses informations en période de campagne électorale. Quant à loi sur le secret des affaires, récemment adoptée par le Parlement, son objectif est de protéger les entreprises de la divulgation d’informations sensibles. 
Ces deux lois semblent paradoxales, dans la mesure où la première prône la transparence dans la rigueur de l’information, et la seconde facilite la rétention de l’information. Dans les deux cas, les médias, journalistes ou lanceurs d’alertes sont fragilisés, et leur travail rendu plus complexe. Pour Me David Mendel, spécialisé en droit pénal et de la presse, ces lois s’inscrivent dans un « grand mouvement de destruction de la liberté publique ». L’avocat montpelliérain ne cache pas son inquiétude quant aux changements qui apparaissent depuis un an, et les répercussions qu’ils pourraient générer à long terme. Entretien sans filtre.

Il vous reste 80% de cet article à découvrir !
Si vous êtes déjà abonnés, connectez-vous.

Pourquoi s'abonner au d’Oc ?

  • S’informer par un média complètement indépendant dont le financement repose sur ses lecteurs.
  • Découvrir des enquêtes de fonds et des révélations qui concernent des enjeux démocratiques au niveau local.
  • Consolider l’émergence d’un journalisme qui défend un autre regard sur l’actualité de Montpellier et sa région.