« La claque du siècle était indispensable pour le PS »

Aux législatives de 2017, Fatima Bellaredj a réalisé l’un des plus mauvais scores de l’histoire du parti socialiste sur Montpellier (6,9%). A l’écart des arcanes du pouvoir, l’ex-présidente départementale du Planning familial s’est retrouvée cette fois-ci en tête d’affiche pour participer à une déroute collective, bien que prévisible. Aujourd’hui, après 20 ans de fidélité à sa formation politique, celle qui dirige l’union régionale des Scop n’a pas repris sa carte. Elle s’est donc mise en congés du dernier congrès. Un an après sa cuisante défaite, à moins de deux ans des prochaines municipales, Le d’Oc est allé prendre de ses nouvelles.

Il vous reste 80% de cet article à découvrir !
Si vous êtes déjà abonnés, connectez-vous.

Pourquoi s'abonner au d’Oc ?

  • S’informer par un média complètement indépendant dont le financement repose sur ses lecteurs.
  • Découvrir des enquêtes de fonds et des révélations qui concernent des enjeux démocratiques au niveau local.
  • Consolider l’émergence d’un journalisme qui défend un autre regard sur l’actualité de Montpellier et sa région.
Facebook
Twitter