Philippe Saurel a bien été mis en examen pour diffamation

Après un non-lieu en 1re instance, le maire de Montpellier est finalement renvoyé devant le tribunal correctionnel. L’édile avait reproché à Djamel Boumaaz, élu de l’opposition sur la liste FN, d’avoir tenu des propos «antisémites» sur Twitter. Or, à l’époque des faits, le conseiller municipal a toujours revendiqué ne pas avoir de compte sur ce réseau social. Il avait même porté plainte contre X pour usurpation d’identité. Il s’agit donc d’un nouvel épisode dans une affaire qui n’est pas encore clôturée. Explications.

Il vous reste 80% de cet article à découvrir !
Si vous êtes déjà abonnés, connectez-vous.

Pourquoi s'abonner au d’Oc ?

  • S’informer par un média complètement indépendant dont le financement repose sur ses lecteurs.
  • Découvrir des enquêtes de fonds et des révélations qui concernent des enjeux démocratiques au niveau local.
  • Consolider l’émergence d’un journalisme qui défend un autre regard sur l’actualité de Montpellier et sa région.