Violences à la fac de droit de Montpellier : la contestation sociale revigorée

Ce mardi, la fac de droit de Montpellier rouvre ses portes dans un climat tendu. Le jour d’une manifestation nationale des cheminots contre le projet de réforme de la SNCF. Mais aussi celui de la mobilisation des éboueurs, du personnel d’Air France, des électriciens et des gaziers. Les grévistes seront d’ailleurs rejoints par les militants opposés aux nouvelles conditions d’accès à l’université. Car après l’agression d’étudiants par un groupuscule d’individus cagoulés dans un amphithéâtre occupé, la mobilisation ne s’affaiblit pas. Bien au contraire… La coordination nationale des étudiants en lutte (CNL) vient même de lancer un appel à participer à un grand rassemblement le 14 avril prochain dans la capitale héraultaise. Demain, comme lors du défilé du 22 mars, une partie des contestataires clôtureront la journée par une assemblée générale dans les locaux encore entachés par les souvenirs de violences spectaculaires. Retour sur des incidents graves et inédits sur fond de mouvement social.      


Ce contenu est accessible uniquement aux lecteurs abonnés


  • - 59 / 1 Année
    Vous accédez librement à l'intégralité du contenu. Vous recevrez gratuitement Le d'Oc magazine à l'adresse de votre choix.
    - 35 / 6 Mois
    Vous accédez librement à l'intégralité du contenu
    - 79 / 1 Année
    Vous devenez membre privilégié et accédez librement à l'intégralité du contenu. Vous recevrez gratuitement Le d'Oc magazine. Vous serez invité également aux différents événements organisés par la rédaction. Si vous estimez qu'il manque un média comme Le d'Oc sur votre territoire, soutenez notre initiative et permettez-lui de s'installer durablement.
    - 15 / 2 Mois
    Vous accédez librement à l’intégralité du contenu pendant deux mois.

    Sélectionnez un mode de paiement

    No payment methods are available for the selected subscription plan.

1 commentaire sur “Violences à la fac de droit de Montpellier : la contestation sociale revigorée

  1. Article précis et factuel. Au-delà, avec un peu moins de 50% des français et donc des étudiants qui sont insoumis ou FN, on comprend la difficulté de réformer le pays même si Parcoursup ou la réforme SNCF sont à minima. Notre pays est un casse tête. Est-ce ce qui fait son charme ? Pas sûr…

Laisser un commentaire