Font del Rey : une tour indigne à Montpellier

Depuis plusieurs décennies, la copropriété Font del Rey située sur la Place du Grand Mail, dans le quartier populaire de la Mosson à Montpellier, ne cesse de se dégrader. La centaine d’appartements présente souvent les mêmes symptômes : infiltrations d’eau, traces importantes d’humidité, installation électrique parfois défaillante représentant un danger pour les occupants, ventilation inefficace, absence de chauffage dans l’une des parties du bien… L’état des lieux a donc de graves répercussions sur la santé des habitants. Et les rapports du service d’hygiène de la Ville se multiplient. En vain ?

« A côté de nos conditions de vie dans cet immeuble, la tour d’Assas c’est presque un palais de luxe ». Depuis la seule fenêtre de son studio, au 7e et dernier étage de sa résidence, Nadia commente  la tour qui devrait prochainement être détruite, jusqu’à présent son vis-à-vis quotidien. Longtemps symbole du mal-logement dans un quartier périphérique de Montpellier gangréné par la pauvreté, la tour est pourtant presque enviée par le voisinage d’en face. Nadia s’est retrouvée au Font del Rey, une copropriété dégradée, suite à une séparation. Comme la plupart des occupants, la faiblesse de ses revenus, l’absence de garant, et la longue attente pour bénéficier d’un logement social (plusieurs années), l’ont contrainte à poser ses bagages dans ce studio en 2013. "Au début, on se dit qu'on n’est que de passage mais en réalité c'est impossible de trouver ailleurs".Quelques traces de moisissures et d’humidité décorent cet espace d’une vingtaine de mètres carrés. La salle de bains se trouve dans « un état catastrophique ». « On a repeint les murs quatre fois en quatre ans mais ça reste pourri, déplore-t-elle. Puis, à force, tu abandonnes ». Chaque mois, elle paye pourtant un loyer de 470€. Sans enfants, sa demande de dossier Dalo (Loi sur le droit au logement opposable) est rejetée. « Il faut fermer le bâtiment et reloger les gens », s’indigne sa sœur. Si la plupart des habitants sont désormais à bout, c’est parce que la problématique n’est pas récente. Bien au contraire…

Il vous reste 80% de cet article à découvrir !

Connectez-vous

Sinon abonnez-vous sans tarder !
Découvrez nos formules à partir de 4,92€/mois


Enregistrer un nouveau compte

Choisissez votre niveau d'adhésion

Choisissez votre méthode de paiement


Pourquoi s'abonner au d’Oc ?

  • S’informer par un média complètement indépendant dont le financement repose sur ses lecteurs.
  • Découvrir des enquêtes de fonds et des révélations qui concernent des enjeux démocratiques au niveau local.
  • Consolider l’émergence d’un journalisme qui défend un autre regard sur l’actualité de Montpellier et sa région.