Saurélie : le changement c'est (encore) maintenant !

Après avoir renversé le mode de gouvernance à la métropole au cœur de l’été dernier, Philippe Saurel attaque la nouvelle année en refondant son cabinet. Pour lui, « c’est une nouvelle époque qui débute ». Désormais, sur 11 collaborateurs possibles, trois seulement ont commencé l’aventure municipale à ses côtés. Son but : « Avoir une équipe soudée » pour préparer les prochaines municipales. Au risque de renier ce qui a été bâti depuis bientôt quatre ans ? 
 
Six mois après avoir créé un groupe politique LREM et apparentés à la métropole tout en recomposant son exécutif, Philippe Saurel rebat à nouveau ses cartes. Selon lui, « ce n’est pas un hasard, ni un coup de poker ». Jeudi 4 janvier, le maire de Montpellier, présente à la presse sa nouvelle directrice de cabinet, mutualisée à la Ville et à la métropole. Il s’agit de Sophie Salelles qui a déjà occupé cette fonction à la fin du règne de Georges Frêche puis sous la gouvernance de Jean-Pierre Moure à Montpellier Agglomération. Ce recrutement peut surprendre : pendant la campagne électorale de 2014, l’un et l’autre se livraient une terrible bataille pour s’emparer de la municipalité. « Nous avons toujours maintenu une relation de partenaires, celle de militants socialistes, notamment entre les deux tours du scrutin », se défend aujourd’hui l’édile. Comme s’il fallait se justifier, en particulier auprès de quelques élus de sa majorité qui ne comprennent pas cette décision. « Nous avons passé des mois à combattre le système Moure et voilà que son ex directrice de campagne revient par la grande porte, soupire un adjoint au maire. Il me semble que nous n’avons pas été élus pour cela ». Philippe Saurel, lui, préfère balayer les critiques de certains opposants qui l’ont rebaptisé « Philippe Moure » : « Sophie Salelles a fait un passage par ma section socialiste, elle a servi Georges Frêche et s’est retrouvé mécaniquement, naturellement, à travailler pour Jean-Pierre Moure ».

Il vous reste 80% de cet article à découvrir !
Si vous êtes déjà abonnés, connectez-vous.

Pourquoi s'abonner au d’Oc ?

  • S’informer par un média complètement indépendant dont le financement repose sur ses lecteurs.
  • Découvrir des enquêtes de fonds et des révélations qui concernent des enjeux démocratiques au niveau local.
  • Consolider l’émergence d’un journalisme qui défend un autre regard sur l’actualité de Montpellier et sa région.