Jeunes avocats : au Clapas, ce n'est pas la panacée !

Burn-out, reconversions, difficultés financières… A Montpellier, la situation des avocats tend à se dégrader. Si l’image de notables fortunés persiste encore, elle est pourtant bien éloignée de la réalité. Implantés dans un tissu économique faible, confrontés à la paupérisation de la clientèle, il n’est pas toujours simple de réussir dans le métier, surtout pour un jeune. Pourtant, dans la capitale héraultaise, les avocats n’ont jamais été aussi nombreux. Regard sur une profession souvent mal comprise du grand public.  
 
« J’ai énormément idéalisé ce métier puis j’ai brutalement été confrontée à la réalité ». Me Cécile Sauvage s’apprête à présider le syndicat de l’Union des jeunes avocats de Montpellier (UJA) pour continuer à défendre sa profession. Car pour des centaines de ses confrères, l’exercice local du métier est devenu bien délicat.
Depuis quelques décennies, le nombre d’avocats dans le Clapas a connu une croissance fulgurante.

Il vous reste 80% de cet article à découvrir !

Connectez-vous

Sinon abonnez-vous sans tarder !
Découvrez nos formules à partir de 4,92€/mois


Enregistrer un nouveau compte

Choisissez votre niveau d'adhésion

Choisissez votre méthode de paiement


Pourquoi s'abonner au d’Oc ?

  • S’informer par un média complètement indépendant dont le financement repose sur ses lecteurs.
  • Découvrir des enquêtes de fonds et des révélations qui concernent des enjeux démocratiques au niveau local.
  • Consolider l’émergence d’un journalisme qui défend un autre regard sur l’actualité de Montpellier et sa région.