Pour Michelle Cassar, à la Métropole : « La crise est irréversible »

Ce mercredi 27 septembre, c’est la rentrée des élus métropolitains en séance plénière. Pas encore vraiment remise du remaniement de l’exécutif opéré par le président Saurel, l’assemblée se prépare à ouvrir une nouvelle page de son histoire. Désormais, le conseil de métropole se politise et laisse place aux différents clivages.
René Revol, le maire Insoumis de Grabels, Cyril Meunier, le maire de Lattes ou le sénateur LR Jean-Pierre Grand font facilement entendre leur colère. Bien que médiatiques, ces élus ne sont pourtant pas les seuls frondeurs. Michelle Cassar, maire de Pignan, a également été évincée de son poste de vice-présidente en charge de l’énergie et la transition énergétique sans en comprendre les motivations. Pour elle, cette séquence marque un tournant dans la politique locale, « il y a un avant et un après ». C’est d’ailleurs dans sa commune qu’a pris naissance le principal groupe d’opposition. Entre l’édile et Philippe Saurel, le lien est désormais « rompu ». Interview d’une femme qui en a encore gros sur la patate…
 

Il vous reste 80% de cet article à découvrir !
Si vous êtes déjà abonnés, connectez-vous.

Pourquoi s'abonner au d’Oc ?

  • S’informer par un média complètement indépendant dont le financement repose sur ses lecteurs.
  • Découvrir des enquêtes de fonds et des révélations qui concernent des enjeux démocratiques au niveau local.
  • Consolider l’émergence d’un journalisme qui défend un autre regard sur l’actualité de Montpellier et sa région.