Com’ : Les créatifs d’ici en panne d’inspiration !

Nouvelle salle de Castelnau, futur Centre d’art contemporain de Montpellier, Régie des eaux… Chaque nouveau projet s’accompagne d’un nom, qui se veut symbolique. Or une tendance semble s’être généralisée dans les institutions : « emprunter » un patronyme déjà existant. Hommage ? Plagiat ? Maladresse ? Manque de créativité ? Le d’Oc a sollicité quatre experts montpelliérains du marketing pour comprendre l’envers du décor.

 

« Le nom, c’est l’identité de quelque chose. C’est la chose ! » Fanny Poujol enseigne le marketing à l’institut Montpellier Management (Moma). Et pour elle, le naming, l’art de trouver des noms, n’est pas anecdotique. « C’est la valeur ajoutée. Les bons noms, ils vont marquer. Ils feront référence. » Bref : c’est l’une des clés du succès. Dans le privé comme dans le public. « Aujourd’hui, on parle beaucoup de branding territorial, complète son collègue Gilles N’Goala, professeur de marketing au Moma. Les territoires ont compris qu’ils étaient en concurrence avec d’autres villes, régions ou pays. Une marque donne une visibilité beaucoup plus forte. » Nouvel équipement, projet ou service : les experts l’assurent, tout peut devenir une marque !

 

Un air de déjà-vu

Or, depuis quelques années, les « marques » d’ici interpellent : elles n’ont rien d’original, car elles existent ailleurs. L’exemple le plus récent, c’est le Kiasma, la toute nouvelle salle culturelle de Castelnau-le-Lez.


Ce contenu est accessible uniquement aux lecteurs abonnés


  • - 59 / 1 Année
    Vous accédez librement à l'intégralité du contenu. Vous recevrez gratuitement Le d'Oc magazine à l'adresse de votre choix.
    - 35 / 6 Mois
    Vous accédez librement à l'intégralité du contenu
    - 79 / 1 Année
    Vous devenez membre privilégié et accédez librement à l'intégralité du contenu. Vous recevrez gratuitement Le d'Oc magazine. Vous serez invité également aux différents événements organisés par la rédaction. Si vous estimez qu'il manque un média comme Le d'Oc sur votre territoire, soutenez notre initiative et permettez-lui de s'installer durablement.
    - 15 / 2 Mois
    Vous accédez librement à l’intégralité du contenu pendant deux mois.

    Sélectionnez un mode de paiement

    No payment methods are available for the selected subscription plan.

1 commentaire sur “Com’ : Les créatifs d’ici en panne d’inspiration !

  1. Les pubeux surestiment leur rôle! Si la salle des fêtes d’un village répond à un vrai besoin, elle aura du succès même si elle s’appelle « Salle des fêtes ».

    Inversement, la zone Idiosséum, dont le nom serait remarquable mais que je trouve bâtard (un mot grec avec une terminaison latine, comme qui dirait Ulyssovsky si c’était en français avec une terminaison russe, ça me rappelle à quel point Frêche feignait d’être cultivé), ça n’empêche pas que les commerces s’enfuient ou ferment boutique à cause des loyers exorbitants, ni que c’est une verrue « tout-bagnole » parachutée directement des USA et des années 1960.

    Je ne suis pas sûr que les réalisations de nos collectivités seraient meilleures si une partie encore plus importante de leur budget était confiée aux agences de communication.
    Souvenons-nous que ce sont des professionnels de la pub qui ont pondu le laïus et le logo de la Septimanie, et de même pour Montpellier Unlimited. Et si vous ne vous en souvenez pas, consultez ma page d’archive: http://mjulier.free.fr/gaule.html

Laisser un commentaire