Saurel IV : A quoi ressemblera le prochain exécutif de la métropole ?

Le président de la métropole bouleverse son exécutif et impose l’adhésion au groupe La république en marche (LREM) et apparentés pour prétendre à une vice-présidence. Cette manœuvre se révèle comme un véritable séisme pour une assemblée de gestion, rarement habituée aux clivages politiques.

 

Décidément ce Saurel IV ressemble fortement à un remaniement de grande ampleur. A la métropole de Montpellier, Philippe Saurel décide d’appuyer sur le bouton reset. Et l'opposition des instances nationales du mouvement d'Emmanuel Macron à toute constitution de groupes sous son étiquette dans les collectivités n'y changera rien... Comme Le d’Oc l’a révélé jeudi dernier, en imposant aux élus d’intégrer le nouveau groupe LREM et apparentés pour prétendre à une vice-présidence, le maire de Montpellier renverse la table et rebat les cartes de son exécutif à la métropole. Ainsi, le président Saurel rompt avec la tradition historique d’une assemblée sans clivage « politique ». Car jusqu’à présent, les maires défendaient l’intérêt du territoire sans caractère partisan : un élu de droite votait la même délibération qu’un élu de gauche.

Selon nos informations, un conseil extraordinaire se déroulera le 5 juillet prochain à 15 heures. A l’ordre du jour : un vote pour exclure les vice-présidents qui ne rejoignent pas le groupe LREM et apparentés (et qui n’auraient pas démissionné comme Jean-François Audrin, le maire de Saint-Georges d’Orques) et un second scrutin pour attribuer les nouvelles délégations.

Dans ce grand jeu de chaises musicales, Le d’Oc recense sept édiles qui ne souhaitent pas rallier le groupe majoritaire. Par conséquent, les victimes sont : Catherine Dardé, 1re vice-présidente LR et 1re adjointe à Castelnau-le-Lez la commune la plus peuplée après Montpellier, Cyril Meunier, maire de Lattes et membre de l’exécutif sous l’agglomération mais aussi sous le district, René Revol, maire de Grabels, Pierre Bonnal, maire du Crès et second sur la liste héraultaise des Citoyens du midi aux dernières régionales, Michelle Cassar, maire de Pignan, Isabelle Touzard, maire de Murviel-les-Montpellier et Jean-François Audrin, maire LR de Saint-Georges d’Orques.

Pour les remplacer, Philippe Saurel accorderait sa confiance à Gilbert Pastor, maire de Castries, un marcheur de la première heure. Le président de la métropole confierait une délégation à Thierry Breysse, le maire PS de Cournonterral, un proche de Christian Assaf, président du groupe socialiste au Conseil régional. Jean-Luc Savy, maire de Juvignac et Jean-Marc Lussert, le Premier magistrat de Prades-le-Lez seraient également récompensés pour leur arrivée dans le groupe. Plus surprenant, le sarkozyste Pierre Dudieuzère, maire de Vendargues, entrerait aussi dans l’exécutif. Enfin, pour succéder à Catherine Dardé, Jackie Galabrun-Boulbes serait dans les petits papiers pour « un équilibre entre le rural et l’urbain », dixit l’entourage de Philippe Saurel. A noter que Saint-Drézéry a été la seule commune de la métropole, en dehors de Montpellier, où le président Saurel s’est hissé en tête du 1er tour des élections régionales.

Les élus montpelliérains qui possèdent déjà une délégation ne devraient pas être inquiétés même si celle de Stéphanie Jannin au développement et aménagement durable reste gelée jusqu’à ce que la justice se prononce sur les affaires pour lesquelles l’élue est renvoyée en correctionnelle, au mois de septembre. Toujours d’après nos informations, la gestion délicate des déchets devrait revenir à un montpelliérain.

En réaction, Arnaud Moynier, le maire de Beaulieu, œuvre actuellement pour la création d’un groupe divers droite. Selon l’édile, « il sera constructif pour l’intérêt général du territoire, pour faire avancer des dossiers majeurs comme celui de l’aéroport ». Le candidat malheureux aux dernières législatives sur la 3e circonscription de l’Hérault pourrait bien compter sur l’appui de Geniès Balazun, maire de Restinclières ainsi que de Jean-Noël Fourcade, le premier des opposants à Cyril Meunier, sur la commune de Lattes. Selon toute vraisemblance, le prochain exécutif verra la présence renforcée des élus montpelliérains et ne devrait pas respecter la parité.

A mi-mandat municipal, Philippe Saurel propose une véritable révolution. L’assemblée métropolitaine, prochainement composée d’au minimum quatre groupes politiques, ouvre la porte à de nouveaux rapports de forces.

Benjamin Téoule

 

Jean-Pierre Grand, le maire Les républicains de Castelnau-le-Lez, élu sénateur en 2014 en grande partie grâce aux votes des grands électeurs de la métropole, ne décolère pas. Cet après-midi, il a envoyé un courrier cinglant aux maires que Le d’Oc s’est procuré.

« Le maire de Montpellier vient de rompre de façon unilatérale son pacte de confiance avec nous les maires de la Métropole. Cette situation est de nature à dévoyer dans un premier temps et à déstabiliser dans un second, le fonctionnement harmonieux de notre Institution intercommunale dans laquelle nous représentons nos communes et non un parti politique. Depuis la création du District, les trois Présidents qui se sont succédés l'avaient bien compris. Inutile de vous préciser qu'avec mes trois collègues de la majorité municipale de Castelnau, deuxième ville de la MMM, nous restons à l'écart de cette politisation. Je comprends parfaitement ceux qui pour des raisons diverses sont obligés d'accepter ce chantage, ils conservent mon estime. »

 

A lire aussi :

https://ledoc-info.com/2017/06/22/a-metropole-grandes-manoeuvres-commencent/


Ce contenu est accessible uniquement aux lecteurs abonnés


  • - 59 / 1 Année
    Vous accédez librement à l'intégralité du contenu. Vous recevrez gratuitement Le d'Oc magazine à l'adresse de votre choix.
    - 35 / 6 Mois
    Vous accédez librement à l'intégralité du contenu
    - 79 / 1 Année
    Vous devenez membre privilégié et accédez librement à l'intégralité du contenu. Vous recevrez gratuitement Le d'Oc magazine. Vous serez invité également aux différents événements organisés par la rédaction. Si vous estimez qu'il manque un média comme Le d'Oc sur votre territoire, soutenez notre initiative et permettez-lui de s'installer durablement.
    - 15 / 2 Mois
    Vous accédez librement à l’intégralité du contenu pendant deux mois.

    Sélectionnez un mode de paiement

    No payment methods are available for the selected subscription plan.

Laisser un commentaire