Jannin, candidate LREM sous pression

Notre dernière enquête sur l’adjointe au maire de Montpellier en charge de l’urbanisme, entendue le 23 mai dans le cadre d’une enquête préliminaire pour prise illégale d’intérêts, a entraîné de nombreuses réactions dans la classe politique locale. Elus ou candidats à la députation s’appuient sur nos révélations qui démontrent que Stéphanie Jannin, candidate LREM aux législatives, a participé à plusieurs votes, notamment, en conseil de métropole, sur des affaires qui favorisent directement A.C.O. Architectes co-dirigé par son conjoint.

Quelques heures après notre publication Jannin, l’élue qui favorise (encore !) son conjoint, Nancy Canaud a envoyé aux rédactions un communiqué de presse. Pour la conseillère municipale LR et candidate sur la 2e circonscription de l’Hérault aux législatives : « Les moralistes de la République en marche sont démasqués un à un. Sous les masques apparaissent des Tartuffe ». Et de détailler : « Je suis extrêmement choquée de ces révélations qui portent atteinte à la probité des élus, à l’aube de la grande réforme pour la moralisation de la vie publique, premier chantier du quinquennat Macron. » Comme d’autres personnalités, Nancy Canaud demande à Stéphanie Jannin de s’interroger « sur le maintien de sa candidature ».

Candidat sur la 1re circonscription, Frédéric Bort a, de son côté, « saisi la présidente de La République en marche, afin que soit réexaminé le soutien du mouvement aux deux candidates lancées par Philippe Saurel. Selon l’ancien directeur de cabinet de Georges Frêche, elles « ne respectent ni l’esprit, ni la promesse d’Emmanuel Macron ». Pour lui, « l’une est aux prises avec une accablante dérive liée à des conflits d’intérêts, l’autre confrontée à une utilisation dévoyée des moyens publics à des fins électorales » et donc « ne peuvent incarner un idéal dans la moralisation de la vie publique ».

Mahfoud Benali, marcheur de la première heure qui n’a pas obtenu l’investiture LREM au détriment de Stéphanie Jannin, a également réagi. L’ex-conseiller régional explique : « A l’annonce de sa désignation (Stéphanie Jannin, ndlr), nous sommes restés muets pour ne pas casser la dynamique du mouvement et avons fait le dos rond. » Mais désormais, les macronistes de la Paillade demande au mouvement d’agir « pour qu’à Montpellier, les marcheurs ne soient pas soumis aux affaires qui rappellent la vieille politique et ses pratiques rejetées ».

Le conseiller municipal de Montpellier et élu à la métropole, Djamel Boumaaz, y est également allé de son communiqué. Il « sollicite Philippe Saurel pour en finir avec cette mascarade » et demande la réunion « en urgence d’un conseil municipal extraordinaire pour retirer les délégations de Stéphanie Jannin ». Pour lui, « la situation n’est plus tenable ».

Sur Facebook, le socialiste Michaël Delafosse, président du groupe d’opposition à la Ville de Montpellier et conseiller départemental se contente d’une seule phrase : « Dans une démocratie digne de ce nom, elle aurait été démissionnée et encore moins investie aux législatives ».

Comme il l’avait fait avec François Fillon, l’élu LR Alex Larue demande à Stéphanie Jannin de retirer sa candidature aux législatives. « Les Républicains pour Monsieur Fillon, La République en Marche pour Madame Jannin, l’exigence est la même ». Il invite la candidate à « se défendre sereinement sans prendre en otage son mouvement, le conseil municipal et les électeurs ». Alex Larue ne peut pas « accepter que le doute s’installe sur les conditions d’exercice de son mandat ni sur les conditions qui motivent sa candidature aux législatives. Ce doute rejaillit nécessairement sur tous les élus et fera le jeu des extrêmes ».

Du côté de la majorité municipale de Montpellier, il n’existe aucune déclaration publique au lendemain de la publication de notre enquête. « On fait le dos rond et on attend que ça se passe », nous confiait en début de semaine un saurélien, sous le couvert de l’anonymat. Interrogée, la métropole n’a pas donné suite à nos questions.

BT

 

Pour mieux comprendre ce qui devient « L’affaire Jannin » :

Jannin, l’élue qui favorise (encore !) son conjoint

Laisser un commentaire