Quand les femmes s’invitent aux cafés de La Paillade

Le 7 décembre dernier, le journal de France 2 diffusait un reportage qui allait provoquer une importante vague de réactions et de commentaires dans la France entière. Son titre : « Lieux publics : quand les femmes sont indésirables ». On y voyait des quartiers, des rues, ainsi que des cafés désertés par les femmes. Mais on découvrait aussi qu’à Sevran, en Seine-Saint-Denis, et à Rillieux-la-Pape, dans la banlieue de Lyon, des associations de femmes tentaient de regagner du terrain, de réinvestir les espaces publics, de se réinstaller à la terrasse des cafés. Parce qu’en France, une telle « non mixité » paraît inacceptable dans un espace public.
 
Qu’en est-il à Montpellier ? Existe-t-il aussi des espaces où les femmes seraient malvenues, voire exclues ? Un seul moyen de le savoir : organiser un petit testing inédit – nous glisser dans la peau de clientes venues s’attabler dans les cafés d’un quartier populaire.
Nous avons donc choisi de « tester » trois cafés de La Paillade, choisis au hasard.

Il vous reste 80% de cet article à découvrir !
Si vous êtes déjà abonnés, connectez-vous.

Pourquoi s'abonner au d’Oc ?

  • S’informer par un média complètement indépendant dont le financement repose sur ses lecteurs.
  • Découvrir des enquêtes de fonds et des révélations qui concernent des enjeux démocratiques au niveau local.
  • Consolider l’émergence d’un journalisme qui défend un autre regard sur l’actualité de Montpellier et sa région.