Politique fiscale à Montpellier : 0 % d'augmentation mais à quel prix ?

« Nous ferons mieux avec moins. Nous nous engageons à ne pas augmenter les taux d'imposition pendant toute la durée de ce mandat [...]. » Trois ans après son élection à la mairie de Montpellier, Philippe Saurel tient sa promesse fiscale malgré la baisse des dotations de l'Etat. En comparaison avec des collectivités de taille similaire, la non augmentation relève d’une « performance » unique en France.  Certes, mais à quel prix ? A la Ville comme à la métropole, les contrats de délégation de service public (DSP) se multiplient au risque d’entraîner une baisse de qualité du service, mais surtout de se heurter à la hausse des tarifs. Alors qu'environ un montpelliérain sur deux est imposable, ces mesures, elles, touchent toute la population.
 

Il vous reste 80% de cet article à découvrir !
Si vous êtes déjà abonnés, connectez-vous.

Pourquoi s'abonner au d’Oc ?

  • S’informer par un média complètement indépendant dont le financement repose sur ses lecteurs.
  • Découvrir des enquêtes de fonds et des révélations qui concernent des enjeux démocratiques au niveau local.
  • Consolider l’émergence d’un journalisme qui défend un autre regard sur l’actualité de Montpellier et sa région.